AMARC en Lien, volume 13, numéro 1 et 2 mars et juin 2009

Défis du changement climatique : construire des passerelles grâce à la radio communautaire

   

Le changement climatique est devenu finalement une vérité scientifique reconnue et le rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat a donné le ton à ce qui est devenu un enjeu fondamental du développement humain du XXIème siècle (voir http://www.ipcc.ch). Les effets du changement climatique finiront par ramener en arrière les quelques succès du développement, à moins qu’il existe une collaboration dans les approches stratégiques des acteurs locaux et mondiaux. La radio communautaire peut y jouer l'important rôle de pont de par sa nature d’outil de communication pour le développement. D’ailleurs, par l’utilisation appropriée des nouvelles technologies de l’information et de la communication (TICs), elles peuvent faciliter l'interaction entre les stratégies internationales et locales; entre la connaissance locale et la science internationale, et renforçant donc, les effets des interventions précisément où ont a le plus besoin.

Les pratiquants de la radio et des médias communautaires utilisent les nouvelles TICs, principalement Internet et les téléphones cellulaires, pour faire conscience sur les effets du changement climatique dans les communautés locales partout dans le monde: entre autres, dans la prévention et la gestion de catastrophes naturelles; devant les enjeux de la sécurité alimentaire, de la santé, de l’eau et de l'assainissement.

Les projets de radio communautaire pour la mitigation et l'adaptation au changement climatique sont tributaires de l’objectif de produire la programmation avec la participation de la communauté desservie, de permettre que les individus et les organisations sociales locales puissent s’exprimer et de la programmation participant de la radio communautaire, en donnant voix aux institutions et aux organisations locales. Elles mettent en valeur les connaissances locales et favorisent l’échange critique de connaissance avec les experts et les institutions.

Un exemple est le projet « gestion de catastrophes et réduction de la pauvreté à travers la radio communautaire » soutenue par la fondation Ford, est développée par l’AMARC dans la région de l'Asie Pacifique en collaboration avec Combine Resources Institution et l'Association of Community Broadcasters (JRKI) a l’Indonésie et le groupe de travail de l'AMARC Japon. (Visitez : http://asiapacific.amarc.org/index.php?p=25th_anniversary_training_Asia_pacific ).

Ce projet favorise l’échange de connaissances entre radios communautaires afin d’améliorer leur impact social lors de l’implémentation de mécanismes de réponse aux Tsunamis et à la pauvreté résultant des catastrophes naturelles. Il s’agit de renforcer le rôle de la radio communautaire en tant que forum des acteurs sociaux locaux et réviser les pratiques existantes et voir comment les effets de leurs interventions peuvent être multipliées.

D'autres interventions du réseau des radios communautaires se rapportent aux conséquences du changement climatique sur l’eau, la sécurité alimentaire où la pauvreté. Les variations dans la quantité et la qualité de l'eau résultant du changement climatique affectent l’agriculture et l’instabilité favorise l’augmentation des prix. . Le forum sur les défis du changement climatique de l'initiative Onda rural de l'AMARC ALC, en partenariat avec ALER et la FAO permet également l'échange de connaissances entre les parties prenantes des radios communautaires sur les effets du changement climatique (Visitez : http://onda-rural.net). La campagne de radiodiffusion mondiale lors de la Journée Internationale de l’alimentation, le 16 octobre, incorpore également, de plus en plus des sujets liés aux effets des changements climatiques et les stratégies de mitigation et d’adaptation proposées par les acteurs sociaux et institutionnels. (Visitez http://asiapacific.amarc.org/index.php?p=World_Food_Day_2008&l=EN&nosafe=0)
Le temps est arrivé pour le mouvement global de la radio communautaire, de refléter comment il peut le mieux contribuer à renforcer le rôle du troisième secteur des communications, les médias communautaires, dans la lutte contre le changement climatique. Il est nécessaire de mettre en valeur la connaissance et les expériences locales de lutte contre les effets du changement climatique; et de faire le lien avec le débat international, les découvertes scientifiques et les stratégies des institutions internationales.

Le défi du réseau mondial de l’AMARC est de contribuer à renforcer le rôle fondamental de la radio communautaire comme le centre d'un processus de communication d’individus et des acteurs qui exercent leur droit à la communication dans la lutte contre le changement climatique.

Marcelo Solervicens
Secrétaire général de AMARC

 

Nouvelles du Forum Social Mondial

   

Les membres de l’AMARC ont défini lors de la 9ème conférence mondiale de radios communautaires tenue à Amman, Jordanie en novembre 2006 que le Forum social mondial et les activités des mouvements sociaux que s’y rattachent sont une priorité pour les radios communautaires dans leurs efforts pour renforcer les liens avec les mouvements sociaux

.

Les alternatives du FSM 2009 sont disponibles sur le site de l’AMARC.
L’association mondiale de radiodiffuseurs communautaires, (AMARC) a couvert pour son réseau mondial, les alternatives sociales aux politiques néolibérales débattues par les organisations de la société civile lors du Forum social mondial 2009 (FSM 2009) qui s’est tenu à Bélem do Pará au Brésil, du 27 janvier au 1 février.

Le Forum social mondial de Bélem, au Brésil, s'est achevé, dimanche 1er février, après six jours de débats et de manifestations qui ont rassemblé plus de 150 000 membres provenant des mouvements sociaux, des réseaux, des ONGs et d'autres organisations de la société civile pour analyser la crise économique internationale et de proposer des alternatives citoyennes. Cette réunion des "altermondialistes" a compté sur la participation des cinq Chefs d’État latino-américains: Luis Ignacio Lula da Silva, Hugo Chavez, Evo Morales, Rafael Correa et Fernando Lugo et une douzaine des ministres brésiliens. Une claire indication de l’importance acquise par ce forum de la société civile.

Les journalistes des radios communautaires de l’Afrique, de l’Asie Pacifique, de l’Europe et des Amériques, incluant l’agence de nouvelles de l’AMARC en Amérique latine, Pulsar et, en collaboration avec des médias citoyennes tel que IPS, ont couvert les activités du FSM 2009. Pour accéder aux archives radio et aux documents en français, anglais, espagnol et autres langues, visitez : http://www.amarc.org/FR/World_Social_Forum_2009_FR

Notes sur le Forum Social Mondial, 2009
Par Shane Elson, Australia

Le 9ème Forum Social Mondial a été tenu à Belém, Brésil entre le 27 janvier et 1er février 2009. Pendant une semaine, 150.000 participants ont participé en 2.400 activités et actions. La plupart des participants étaient de l'Amérique du Sud, il y avait plus de 4.100 organismes de cette région.

Ce que j'ai trouvé particulièrement encourageant était l'équilibre de genre des conférenciers dans presque toutes les séances dans lesquelles j’ai participé. Je ne sais pas si c'était la norme ou pas. Peut-être j'étais chanceux. Cependant, pendant les séances des femmes de toutes origines avaient des rôles de conférencières ou d’animatrices. Toutes les femmes, des académiques, des avocates, des mères, des ouvrières, les femmes ont pu s’exprimer sur tous les sujets et présenter leurs points de vue.



Ceci dit, les femmes généralement présentaient une vision sombre de leurs expériences. Par exemple, lors de la séance «la qualité de vie est le droit de toutes les femmes» Sonia Costa de «Beyond the Food International Network » a parlé sur les liens entre les expulsions de la terre et la qualité de vie. Elle a raconté comment, dans l'expérience brésilienne, davantage des jeunes femmes ont maintenant l'accès à l'éducation et peuvent théoriquement avoir accès à leur propre revenue, donc à plus d’indépendance économique. En même temps, la pauvreté augmente dans la banlieue des villes et à la campagne. Ce ci s’accompagne des perturbations à la vie familiale et communautaire, en particulier sur la vie des femmes, suite aux achats sauvages de terres par le gouvernement (parfois avec le soutien de corporations privées).

Quoiqu'il y ait des lois pour protéger aux propriétaires terriens, les politiques gouvernementales ne protégent pas les travailleurs agricoles et leurs familles. Les femmes subissent à plusieurs égards les conséquences de ces politiques. Les jeunes femmes vont à l'école et ont l’opportunité d’échapper à leur pauvreté, cependant lorsque le père est tué ou perd la capacité de gagner sa vie, la famille entière, y compris les enfants, doivent aller travailler, se privant ainsi de leur droit à l'éducation.

Dans plusieurs régions les femmes sont à la tête de la lutte pour les réformes, pour la justice et pour le droit à la terre. Les vendeurs imposent souvent des intérêts usuriers à ceux qui achètent la terre établissant ainsi un cycle de pauvreté qui se perpétue à travers les générations. Ainsi, alors que certains peuvent s’en sortir, la plupart doivent se battre pour s’en sortir de la précarité. Ceci a une influence négative sur les possibilités des femmes de réaliser leurs rêves et leur droit humain d’une qualité de vie stable et durable.

Les témoignages des conférenciers de l'Inde, du Vietnam, de l'Uruguay et des Philippines ont abondé dans le même sens. Le Forum social mondial a mis les participants devant le défi des droits des femmes.

Le slogan du FSM est « Un autre monde est possible » et il semble nécessaire réinventer la solidarité pour que cet espoir devienne une réalité. Cette solidarité renouvelée interpelle les hommes et les femmes à poursuivre le réseautage et la mise sur pied de stratégies permettant d’atteindre les droits humains de base et des conditions de vie durables. Cependant ce n’est pas assez. Il faut des changements profonds pour changer le rôle social des femmes dans la société et pour actualiser les opportunités de leur participation complète et équitable.

L’uruguayenne, Ana Filippini du « Mouvement mondial de la forêt » a dit, qu’un nouveau monde n'est pas possible à moins que les hommes et les femmes s’unissent pour changer ce que leur enlève leurs droits humaines de base et leur capacité d’essayer d’atteindre le droit fondamental à une qualité de vie soutenable.

Shane Elson est un travailleur de radio communautaire en Australie et le trésorier de l'AMARC Asia Pacifique. Toutes les photos sont par Shane Elson. Il peut être contacté à shane@araustralia.org.

Nouvelles du Conseil internations du Forum social mondial
Maria Pia Matta Viceprésidente de l’AMARC Amérique latine et les Caraibes a participé dans la rencontre du Conseil international du Forum social mondial que s’est tenu au début de juin à Rabat, maroc. Le conseil international a confirmé la réalisation des movilisations globales en 2010 et la tenue du Forum social mondial à Dakar en janvier 2011. Ce sera la deuxième fois que la société civile mondiale se donnera rendez-vous en Afrique. La première fois c’était à Nairobi, au Kenya en 2006. Pour de plus amples informations, visiter:: http://www.forumsocialmundial.org.br/

Retour en haut

 

Perspectives du réseau international des femmes de l’AMARC

   

Le Réseau international des femmes de l'AMARC est une grande assemblée de communicatrices qui travailler à assurer le droit des femmes à communiquer à travers et à l'intérieure du mouvement de radio communautaire. Pour vous informer sur d’autres programmes et actions du RIF visitez http://www.win.amarc.org


AMARC-RIF a célébré le 8 mars rappelant les crises globales

Ce 8 mars, le Réseau International des Femmes de l’Association Mondial des Radiodiffuseurs Communautaires (AMARC-RIF) a célébré la Journée internationale des femmes avec une radiodiffusion sur l’Internet de 24 heures rappelant l’effet des crises globales sur les femmes dans les communautés. Écoutez les archives de la radiodiffusion internationale d’AMARC-RIF à http://march8.amarc.org .
La campagne a mis en valeur les droits des femmes et les thématiques de genre. Plus particulièrement, le thème de cette année était les effets de l’augmentation des prix des denrées alimentaires, de la crise économique et la détérioration de l’environnement crée par le changement climatique: « Crises globales et défis des femmes dans les communautés locales ». De plus l’AMARC RIF a proposé pour la discussion, la politique de genre dans les radios communautaires. Veuillez visiter s.v.p. : http://win.amarc.org .
La campagne de l’AMARC RIF pour la Journée internationale des femmes a été diffusée en anglais, français, espagnol, arabe, entre autres. Les programmes individuels sont disponibles sur notre site web. Nous encourageons les radios à rediffuser la transmission, en partie ou en sa totalité, sur leurs ondes. Veuillez visiter le site http://march8.amarc.org pour télécharger les programmes.
Nous vous invitons chaleureusement à participer à la sixième édition de la campagne de l’AMARC RIF du 8 mars en 2010!

 

Politique de genre pour la radio communautaire


Préambule

L’égalité des femmes et leur rôle prépondérant dans chaque domaine de la vie a été reconnue par des instruments internationaux, des constitutions nationales et par des sociétés à travers le monde.

Le droit de toutes et tous, indépendamment de leur genre, sexualité, race, religion, a été reconnues par la Déclaration universelle des droits de l’homme. De plus, les gouvernements ont reconnu le droit des femmes à travers la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes (CEDEF). D’après cette convention, les gouvernements se doivent de mettre en application des programmes concrets respectant trois grands principes, soit : le principe de l’égalité, le principe de la non-discrimination et le principe de l’obligation de l’État.

Le rôle des médias pour favoriser l’égalité des femmes est essentiel. Celui-ci a été identifié dans la section J de la Plate-forme d’action de Pékin, adoptée par consensus en 1995 lors de la 4ième Conférence des Nations Unis sur les femmes. Cette section attire l’attention sur la participation active des femmes au sein des médias, mais signale leur absence générale dans des postes de prise de décisions et ce, tous médias confondus. Cette plateforme souligne également les besoins urgents de réforme et réaffirme l’obligation des États d’entreprendre des démarches telles que la formation, la recherche et la promotion des femmes dans des postes de pouvoir décisionnel. De plus, elle confère une obligation aux praticiens des médias afin d’appuyer la réalisation des deux objectifs stratégiques mentionnés ci-haut afin d’augmenter la participation et l’accès des femmes à l’expression et à la prise de décision dans et à travers les médias et les nouvelles technologies de communication; et pour favoriser une représentation équilibrée et non stéréotypée des femmes dans les médias. La radio communautaire devrait être à l’avant place dans l’atteinte de ces objectifs.

L’arrivée de l’Internet et de la communication en ligne procure aux femmes des possibilités de réseauter et communiquer sur une base équitable. Cependant, la majorité de femmes vivent dans des pays en voie de développement, où leur accès à toutes les formes de technologie est sévèrement limité. Les besoins des femmes dans les pays en voie de développement, et celles limités dans leur accès à la technologie dans les pays développés, doivent être pris en considération non seulement par les praticiens de radio communautaire, mais également par les responsables politiques et ce, des gouvernements locaux aux conseils d’administration internationaux. Malheureusement, les politiques ont, en grande partie, ignorée les besoins en ligne des femmes, menant à un environnement pensé et conçu majoritairement par et pour les hommes ce qui aggrave d’une part l’écart informationnel entre les hommes et des femmes et d’autre part, la représentation négative ainsi que la commercialisation manifeste du corps des femmes. La radio communautaire peut jouer un rôle de premier plan afin d’amener ces points spécifiques à la table décisionnelle, en favorisant le rôle des femmes dans l’utilisation des technologies de l’information et des communications, et en réparant le déséquilibre politique.

Sur le plan international, le rôle des femmes dans la prévention et résolution de conflits ainsi que dans la construction de la paix a été reconnu par la résolution 1325 du Conseil de sécurité des Nations Unies. La radio communautaire a la responsabilité d’aider à assurer la visibilité et la participation des femmes lors de ces situations, fournissant ainsi des espaces où leur voix peuvent être entendue dans le cadre d’un processus de construction de la paix et adressant les besoins spécifiques des femmes et des filles dans des situations de conflits.

La radio communautaire a une obligation de redresser le déséquilibre et de faciliter la participation des femmes à tous les niveaux de prise de décision et de programmation, de s’assurer que la voix des femmes et leurs préoccupations font partie intégrante des nouvelles quotidiennes, que les femmes soient dépeintes comme étant des membres actives de la société, et pour supporter les femmes dans leurs acquisitions d’habilités techniques ainsi que dans le développement de leur confiance vis-à-vis la communication. Les stations de radio communautaires ont également une obligation de mettre en application une politique éthique qui inclut le respect et l’égalité des femmes en tant que pierre angulaire. Cette politique de genre pour la radio communautaire servira d’outil pour mettre en application l’égalité entre les genres au sein des stations de radio. Cette politique devrait faire partie intégrante des règlements des stations de radio ainsi que de leur politique d’éthique.


Section I

L’accès des femmes aux ondes hertziennes

Les femmes doivent avoir accès aux ondes hertziennes afin que celles-ci puissent réaliser leurs propres programmes, qu’ils soient de nature politique, sociale ou de divertissement en plus de pouvoir écouter des programmes traitant des questions de genre et de femme. Ceci exige une attitude positive envers la formation pour les femmes, permettre la création d’espace réservé aux femmes afin que celles-ci puissent produire des programmes, tout en assurant un environnement d’entraide et de confiance, au sein et autour de la station de radio. Ceci inclut le développement de politique anti-harcèlement pour assurer la protection des femmes vis-à-vis toutes formes de harcèlement sexuel et molestation, y compris la mise en place d’un mécanisme de plaintes. Les femmes ont également le droit de travailler dans un environnement sans crainte, ce qui implique des formations appropriées en sécurité et autodéfense, la tolérance zéro vis-à-vis toutes violations à la dignité des femmes et d’assurer un appui suite aux menaces provenant de l’intérieur et de l’extérieur des stations de radio.

Culturellement, il est parfois difficile pour les femmes d’accéder aux ondes hertziennes, et ce, en raison de leur incapacité à voyager seul ou tard dans la nuit. Des efforts devraient être faits pour s’assurer que les femmes peuvent surmonter ces barrières, par exemple, grâce aux stations de radio mobiles, via le covoiturage ou l’accompagnement. Les formations techniques spéciales pour les femmes ou des journées pour femmes - seulement sont également des moyens de surmonter les problèmes de confiance. Jusqu’à ce que les femmes réalisent la parité, les stations de radio devraient s’engager à établir un bureau pour femmes dans les stations de radio afin de soutenir celles-ci. De plus, les efforts devraient tendre vers des moyens de sauvegarder les femmes contre toutes les formes de discrimination dans les stations et sur les ondes, ainsi que dans la création d’un environnement positif pour assurer une pleine participation des femmes.


Section II

La représentation des femmes sur les ondes

Encouragez la représentation des femmes dans leur diversité, sans souligner les rôles stéréotypés, tels que ceux de la femme au sein de l’unité familiale.

Assurer que toutes et tous, indépendamment de leur genre, appartenance ethnique, classe sociale, orientation sexuelle, etc. soient traités avec respect et dignité dans tous les aspects du contenu de la radiodiffusion, que ce soit le contenu éditorial ou les annonces diffusées. Ceci signifie que ni les hommes ni les femmes ne seront objectifiés physiquement ou autrement. De plus, la perspective des femmes devraient être prise en compte et représentée dans la programmation. Cependant, des programmes spéciaux doivent être alloués pour les femmes. En même temps les femmes radioteurs ne devraient pas être confinées à ces programmes spécifiques.

Les femmes sont souvent négligées par les médias comme sources d’expertise. Des sources diverses, représentant tous les secteurs de la société, devraient être employées pour les programmes de nouvelles et d’analyse. Pour faciliter ceci, il peut être utile de faire un annuaire des experts de femmes dans divers domaines qui peuvent être employés comme point de référence.


Section III

Les besoins spéciaux des femmes provenant des minorités

La diversité des expériences des femmes doit être reconnue, et des espaces devraient être créés pour les femmes qui ont fait davantage face à la discrimination, à l’oppression ou à la négligence des médias étatique et/ou commercial. Ceci inclut les dispositions spéciales pour inclure les femmes ayant une limitation fonctionnelle et/ou une déficience, les femmes des minorités ethniques, de castes, les femmes autochtones et celles d’orientation sexuelle minoritaire, telles que des lesbiennes et transsexuelles.

S’assurez que les femmes et les personnes ont accès aux ondes hertziennes dans leur pleine diversité. En particulier, allouer aux femmes provenant de minorités du temps d’antenne pour discuter de thématiques particulières, et ce, dans un environnement émancipatoire, sécuritaire et sans discrimination.

La formation et le renforcement des capacités des femmes peuvent être spécifiques et ainsi un financement devrait être alloué pour s’assurer que leurs besoins sont satisfaits.


Section IV

La représentation des femmes à tous les échelons de gestion de stations de radio

En comparaison avec les radios publiques et commerciales, la radio communautaire a le plus de femmes dans les postes de gestion. Cependant, les femmes sont toujours massivement sous- représentées, en particulier dans les domaines de prise de décision et lorsque les qualifications techniques sont requises. Qui plus est, il y a toujours trop de stations de radio dans lesquelles il n’y a aucune représentation de femmes.

Pour que les femmes soient représentées d’une manière utile et intelligible au sein des stations de radio communautaires des quotas de participation devraient être mis en place en ce qui a trait à la collectivité, la gestion et la production, y compris la participation des femmes sur le plan de la gestion technique. L’objectif ultime est d’atteindre l’égalité entre les hommes et les femmes, mais des quotas d’au moins 30% devraient être mise en place dans l’intérim. Pour réaliser ces quotas, il est important d’investir dans le renforcement des capacités des femmes afin d’instituer le leadership et la formation en gestion pour soutenir les femmes dans leur atteinte de parité dans les stations de radio.

La participation des femmes ne peut pas être mesurée par le nombre de femmes impliquées dans les stations de radio. Les femmes doivent être représentées dans la production, la composition de la collectivité et au sein des organes décisionnels des stations de radio. Les stations de radio devraient être constituées pour s’assurer que les femmes peuvent s’engager dans les processus politiques, ce qui pourrait inclure la mise en place d’un environnement culturel favorable et inclusif. Il y a de multiples facteurs qui peuvent faciliter la participation des femmes. Ceci inclut la prise en charge des enfants, les heures de travail flexibles et les horaires de radiodiffusion qui s’adaptent aux autres responsabilités des femmes, un éclairage et des mesures de sécurité adaptés pendant les réunions et les émissions de radio, ou le transport sécuritaire pour les femmes qui doivent voyager à et de la station. Au moins la moitié de tous les endroits réservés à la formation devrait l’être pour les femmes.


Section V

L’utilisation de la technologie appropriée

Tandis que quelques femmes sont habilitées à utiliser les technologies de l’information, il demeure un clivage numérique genre important. Les femmes sont souvent exclues de l’utilisation de la technologie, y compris l’utilisation de la technologie traditionnelle, telle l’utilisation des studios de radio. Il est important de reconnaître ce clivage numérique genre et le surmonter, par la formation technique par et pour les femmes ainsi que par un investissement dans une technologie appropriée.

La technologie appropriée implique un engagement à l’utilisation de logiciel libre. Ceci inclut un studio facile à utiliser pour les femmes, considérant les différences physiques, par exemple les femmes sont habituellement moins grandes que les hommes, et s’assurer que les studios peuvent être employés par toutes et tous, y compris les personnes ayant une limitation fonctionnelle et/ou une déficience. Elle implique également de s’assurer que les équipements pour la formation sont accessibles, par exemple en étant traduit dans les langues locales et pour celles et ceux qui sont non-lettrés, de sorte que toutes et tous puissent les comprendre.

Il y a également des besoins urgents d’encourager la recherche et de soutenir les initiatives qui aident les pauvres et non-lettrés à atteindre leurs besoins de communication, et ce, par le développement de la technologie qui peut être employé par celles et ceux qui sont non-lettrés, et en rendant la technologie meilleur marché disponible.


Section VI

Financement et le renforcement des capacités pour les radios des femmes

Le renforcement des capacités est une composante clé pour réaliser la parité de genre. Ceci s’applique non seulement au renforcement des capacités pour les femmes impliquées dans les stations de radio, mais également pour les hommes et les femmes de sorte qu’ils puissent fonctionner ensemble pour bâtir un environnement sécuritaire et de soutien où toutes et tous se sentent aptes à contribuer au succès de la station.

En même temps la formation à la sensibilité au genre devrait être conduite pour toutes et tous au sein des stations de radio pour permettre aux hommes et femmes de reconnaître les comportements patriarcaux et les représentations discriminatoires et ce, afin de pouvoir développer des relations de genre égalitaires et des manières justes et non-discriminatoires de réaliser des reportages.

Plusieurs stations de radio ont de bonnes intentions de réaliser la parité de genre, cependant rarement le renforcement des capacités et le financement est[image] consacré à cet objectif. Des fonds spécifiques devraient être affectés à la réalisation de la parité de genre. Ces fonds devraient être employés pour former des femmes en ce qui a trait à la technique, la programmation et les habiletés de gestion pour établir les conditions qui créeront au sein des stations un environnement sécuritaire pour les femmes (tel un éclairage adéquat ou un équipement de sécurité) et qui fourniront des moyens de faire du réseautage pour les femmes impliquées dans la station.

D’un point de vue structurel, il peut être essentiel d’avoir une responsable des femmes dans le personnel, sur le comité consultatif ou le comité de gestion qui puisse évaluer les besoins de la station et mettre en application les programmes pour aider à réaliser la parité de genre, tel que par un bureau de femmes.

La campagne de 16 jours d’activisme contre la violence de genre 2009 de l’AMAR-RIF.

Le réseau international des femmes de l’AMARC, tiendra du 25 novembre au 10 décembre 2009, inclusivement, sa quatrième campagne mondiale de radiodiffusion pour les 16 journées d’activisme contre la violence de genre. Les journées thématiques pour la Campagne de 16 journées contre la violence de genre sont : le 25 novembre, journée internationale contre la violence faite aux femmes; le 29 novembre, journée internationale des femmes défenseurs des droits humains; le 1 décembre : journée mondiale contre le SIDA; le 6 décembre, journée de commémoration de la massacre de Montréal; le 10 décembre : journée internationale des droits humains.

Cette radiodiffusion multilingue mobilise les radios communautaires sur un thème d’importance mondiale en faisant la promotion de l’utilisation des nouvelles technologies de l’information et des communications telles que l’Internet afin que les voix des femmes soient entendues. Pour participer dans l’édition 2009 de la campagne mondiale de 16 journées d’activisme contre la violence de genre, veuillez contacter secretariat@si.amarc.org

Making Airwaves for Peace Conference in Bangalore, India

Isis International in partnership with AMARC Asia pacific Women International Network, will ne holding the seminar, “Women making Airwaves for Peace on 3-7 October in Bangalore, India, right before the 2nd Asia Pacific Conference. It will gather more than 30 women community radio broadcasters in a radio seminar on the role of community radio in peace building and disaster management. The seminar will enhance the skills of the participants in radio production and digital audio editing. It will sharpen their perspectives in engendered peace journalism, interview techniques, feminist broadcasting and more.

 

Amplifier les voix des pauvres et des exclus grâce à la Formation, les Campagnes sociales et le développement du réseau des radios communautaires.

   

La lutte pour la reconnaissance de la radio communautaire.

Lors de l’Assemblée mondiale AMARC 9, la non reconnaissance légale des radios communautaires a été considérés l’obstacle majeur au développement de la radio communautaire comme tiers secteur de la communication.

NFCB dénonce la répression contre les journalistes

Le 4 avril 2009, lors de la 34ème l’assemblée générale de la Fédération nationales des radiodiffuseurs communautaires (NFCB) à Portland, Oregon, Jim Ellinger, Elizabeth Robinson et Norman Stockwell du réseau nord-américain de l’AMARC ont présenté une proposition de dénonciation de la répression subie par les journalistes de tous les médias et les activistes du droit à la liberté d’expression. La résolution adoptée souligne: “ La Fédération nationale des radiodiffusion communautaire, une association de plus de 250 membres et praticiens aux Etats-Unis, condamne ces attaques et autres similaires et appelle l’administration Obama de faire de même et d’insister pour la libération immédiate de Laura Ling, Euna Lee (Corée du Nord) et de Roxana Saberi (Iran), devant les gouvernements responsables. De plus, nous, journalistes et activistes des radios communautaires, appelons tous les gouvernements d’appuyer les droits pour une presse libre tel que formulé par l’article 19 de la Déclaration universelle des droits humains de l’ONU. Veuillez visiter : http://www.nfcb.org/index.jsp

L’AMARC exprime sa solidarité et son soutien pour la liberté d’expression à Fidji

Le 27 avril 2009, l’association mondiale des radiodiffuseurs communautaires (AMARC) a annoncée sa préoccupation pour la détérioration de la situation politique dans les îles Fidji et pour l’état de la liberté d’expression suit à la mise sur pied d’un état d’urgence déclaré le 10 avril 2009. Sous le décret d’urgence, les nouvelles locales critiques du gouvernement ont été prohibés et la couverture des médias internationales mis sous la censure.

Ashish Sen, Vice-président de l’AMARC Asie Pacifique, considère que la détérioration de la situation dans les îles Fidji, et le renforcement de la censure et l’harcèlement des journalistes a mis en péril le fonctionnement des médias libres au Fidji. Exprimant sa solidarité et soutien au peuple de Fidji, Ashish a appelé à la continuation du travail de pionnière dans la radiodiffusion communautaire de FemLINKPacific, comme un moyen d’empouvoirement de la société de Fidji et vers la réconciliation et l’harmonie. « J’appelle les autorités de Fiji, à reconnaitre la radio communautaire comme un secteur distinct de la communication et de soutenir son potentiel favorable de promotion de la paix en permettant que les femmes et autres groupes marginalisés de participer dans la prévention de conflits et de construction de la paix. »

L’AMARC et ses membres au niveau mondial suivront le développement de la situation et appuieront les droits humains et la liberté d’expression dans les îles Fidji.

L’AMARC condammne l’ataque contre la radio communautaire Mukti au Nepal

Le 23 mars 2009 l’AMARC Asie pacifique a dénoncé le nombre croissant d’attaques contre les médias libres et la liberté d,expression au Nepal. Quelque jours après l’attaque contre la radio Mahakali, une autre radio communautaire, Radio Mukti, gérée par un groupe de femmes et situé dans la region centrale de Butwal a été vandalisé et les employés menacés par un groupe d’étudiants proche d’un des parties au pouvoir au Népal la nuit du 21 mars 2009. Raghu Mainali de l’AMARC Aasie Pacifique a condamné l’attaque contre la Radio Mukti qui a commencé la radiodiffusion en octobre 2008. La radio est gérée par une ONG des femmes poursuivant l’égalité des femmes grâce aux médias et qui fonctionne 18 heures par jour.

AMARC appelle le gouvernement du Sénégal à lever la sanction contre les radios communautaires

En mars 2009 les émetteurs des radios communautaires Oxyjeunes et Afia qui sont installées à Dakar dans les quartiers populaires de Pikine et de Grand-Yoff et Radio Djolof qui est basée à Linguère, au nord ouest du pays, ont été scellés sur ordre du Conseil National de Régulation de l’Audiovisuel (CNRA). L’organe de régulation a invoqué l’immixtion des trois radios communautaires dans la campagne en cours pour les élections locales et leur non respect de l’article 18 de leur cahier de charge qui leur fait obligation de ne pas diffuser d’émissions en rapport avec la politique.

L’Union des Radios Associatives et Communautaires (URAC) estime que permettre aux citoyens de comprendre les enjeux des élections locales, aux élus locaux de rendre compte de leur mandat et aux candidats de présenter leurs programmes de développement local, relève de la mission de la radio communautaire, surtout en période d’élections locales. Ils indiquent avoir mené depuis 10 ans plusieurs démarches, aussi bien auprès du Ministère de la Communication que du CNRA, pour réviser le cahier de charges des radios communautaires, notamment en son article 18, pour le rendre plus conforme à la mission de la radio communautaire tout en évitant leur immixtion dans la politique partisane.

Suite aux pressions, entre autres, de l’AMARC, le gouvernement du Sénégal a lévé les sanctions mais le cahier de charges reste le même.

L’Association Mondiale des Radios Communautaires (AMARC) a appelé le gouvernement du Sénégal, au Ministère de la Communication et au CNRA à mettre en place avec tous les acteurs concernés, un cadre juridique et réglementaire plus approprié, susceptible de contribuer au renforcement de la citoyenneté et au développement économique local.

 

AMARC est profondément préoccupée par le rejet de la licence de la radio communautaire des femmes de la Vallée du Jordan

En février dernier, l’Association mondiale des radios communautaires (AMARC) a exprimé sa préoccupation et déception suite au rejet par le gouvernement de la Jordanie de la demande de licence d’une radio communautaire des femmes dans la vallée du Jordan. Selon Daoud Kuttab, directeur d’AmmanNet et vice-président d’AMARC, aucune explication n’a été donnée pour justifier le rejet. Les nouvelles ont soulignée que douze autres radios indépendantes et de télévision qui avaient présenté une demande ont été également rejetées dans la même session du Cabinet.

L’AMARC a appelé le gouvernement de la Jordanie à changer sa décision et de considérer une révision de la loi de l’audiovisuel afin d’encourager au lieu de décourager l’établissement de radios communautaires. Il a également attiré l’attention sur l’important travail des activistes des médias jordaniens qui ont récemment proposé un projet alternatif de loi de l’audiovisuel au gouvernement jordanien, aux parlementaires et activistes de la société civile.


Le réseau des médias communautaires de l’Espagne est légalement constitué


Le 24 mai 2009, la Red de Medios Comunitarios (ReMC) de l'Espagne a été légalement constitué pour défendre le droit de créer des médias communautaires et de revendiquer un espace public de communication qui garantit l'existence et le développement du Troisième Secteur de la Communication. En outre, il favorisera la liberté d'expression et la diffusion idées, avis et informations de toutes les personnes et des groupes à travers tout media.

La ReMC considère que le développement social, les droits humains, la diversité culturelle et linguistique et les droits des femmes et les minorités sont fondamentaux pour la transformation sociale et la conformation d'une culture démocratique.

Après plus de un an et demi d’élaboration et débat de ces statuts, le document a été approuvé ce dimanche à Madrid. Le siège social a été établi en Cuac FM (A la Coruña). Veuillez visiter http://www.medioscomunitarios.net/

Nouvelle législation pour les médias communautaires en Autriche

En mai 2009, suite à deux années de négociation et plusieurs années de plaidoyer, le parlement de l’Autriche a adopté une législation sur les médias communautaires. La nouvelle législation inclut une définition légal des radios et de la télévision non commerciale, en tant que forme spécifique de média de radiodiffusion. Il crée également un fonds d’un million d’euros le « Fonds pour les radiodiffuseurs non-comerciales (Radio-TV) que sera administré par l’autorité de régulation de l’Atriche et financé par des parties des cotisations de diffusion, Voir la version complète en allemand à : http://www.parlament.gv.at/PG/DE/XXIV/I/I_00113/fname_156085.pdf

Un nouveau projet législatif reconnaît les radios communautaires en Argentina

Un nouveau projet de législation sur les services de communication audio-visuelles en Argentina a été annoncé en Argentine par l’Autorité exécutive nationale. L’AMARC Argentine considère que le project respecte les meilleures pratiques internationales et les recommandations et les standards de la Commission inter-américaine des droits humains.

Le projet reconnaît le secteur à but non-lucratif et reconnaît les radios communautaires comme parties fondamentales d’u88n système de communication à trois volets. Le projet réserve également le 33% du spectre radiophonique pour le secteur de la radio communautaire à but non-lucratif.

L’AMARC participe dans la journée mondiale de la liberté de presse

Steve Buckley, président de l’AMARC, a participé dans la conférence de l’UNESCO pour la journée mondiale de la liberté de presse que s’est tenue à Doha, Qatar, le 3 mai, 2009. La Conférence a produit une déclaration : Le potentiel des médias: dialogue, compréhension mutuelle et réconciliation. D’ailleurs, les membres de l’AMARC ont participé partout dans le monde pour plaider en faveur de la reconnaissance accrue des radios communautaires comme le troisième secteur de la radiodiffusion à co^te de la radio publique et la radio commerciale. Pour de plus amples informations, visiter: http://portal.unesco.org/ci/en/ev.php-URL_ID=27867&URL_DO=DO_TOPIC&URL_SECTION=201.html



La vice présidente de l’AMARC participe dans l’assemblée générale d’IFEX

Aleida Calleja, la vice-présidente de l’AMARC, a participé la première semaine de juin 2009, à Oslo, Norvège, dans l’assemblée générale de l’IFEX (International Freedom of Expression Exchange). La rencontre s’est tenue dans le cadre du Global Forum on Free Expression. Les participants ont prit plusieurs résolutions pour dénoncer la répression de la liberté d’expression et ont renforcé le réseau de promotion de liberté d’expression.

4ème rencontre de suivi sur du SMSI . ligne C9-médias

Steve Buckley, le président de l’AMARC a participé dans sous-group sur les médias communautaires lors du sommet mondial de la société de l’information (SMSI) pour la ligne d’action C9 sur les médias, à Genève le 19 mai, 2009. Les rencontrés de suivi du SMSI sont sous la responsabilité de l’UNESCO afin de suivre les nouveaux services de médias communautaires établis; les changements au niveau des cadres législatifs et réglementaires pour la radiodiffusion communautaire, sur les développement de codes de pratiques; sur l’évolution des partenariats et des réseaux; sur l’égalité des genres; sur l’accès et la connectivité aux TICs et; pour réviser les activités futurs. Pour de plus amples informations, visiter: http://portal.unesco.org/ci/fr/ev.php-URL_ID=28683&URL_DO=DO_TOPIC&URL_SECTION=201.html

Mission informelle de l’AMARC en Chine

Du 15 au 20 juin, l’AMARC a réalisé une mission informelle et non officielle en Chine. La délégation a été composé par le président de l’AMARC Steve Buckley, par Mavic Cabrera-Balleza, Représentante du réseau international de femmes de l’AMARC (AMARC RIF) et par Ashish Sen, vice président de l’AMARC pour l’Asie Pacifique. Ils ont mis sur pied un blog pour partager leurs observations. Veuillez visiter : http://asiapacific.amarc.org/blog/

Digital Radio News: DRM+ Succesfully trialed in Paris

The Digital Radio Mondiale (DRM) technology for broadcast at higher frequencies was successfully trialled in Paris on Thursday 12 June 2009.

David Blanc, SNRL (Syndicat National des Radios Libres) says: “Professor Dr Andreas Steil and his team (Mr. Schad and Mr. Köhler) from the University of Applied Sciences, Kaiserslautern, was able to put together a complete DRM+ broadcast system on Band 1 and agreed to test it in Paris. SNRL, which gathers over 300 local stations in France, has been trying to find a technical solution for the many stations which cannot join multiplexes for various reasons, including coverage area, cost and desire to remain in control of their broadcast operations. “

For more information and DRM updates please visit www.drm.org or subscribe to DRM news by writing to pressoffice@drm.org. For more information on SNRL : (33) 4 91.55.56.85, snrl@online.fr, and www.snrl.org

La radio numérique est arrivée en Australie

La radio numéerique arrive dans les villes, partout en Australie depuis ;mai, et le futur est aujourd’hui. La nouvelle technologie permet l’échange de photos, des textes, d’avancer et de reculer, entre autres possibilités. Cependant le secteur communautaire semble laissé pour compte car il n’a reçu que moins d’un tiers de l’espace de radiodiffusion alloué à des radios commerciales et la radio nationale, ce qui veut dire que les avantages de la radio numérique peuvent être réduits au néant pour le secteur. Déjà, les radios communautaires de Sidney s’interrogent sur la meilleure façon d »utiliser les restants du développement du numérique. Pod cast link: http://2ser.podomatic.com/enclosure/2009-02-28T04_37_38-08_00.mp3

 

À la recherche de notre indépendance énergétique. Le site Internet est lancé!

   

La Conférence Mondiale de l’AMARC 10 se tiendra en Argentine, novembre 2010

Le conseil d’administration international de l’AMARC a le plaisir d’annoncer que l’Argentine, sera le pays hôte de la dixième conférence mondiale des radiodiffuseurs communautaires que se tiendra dans la deuxième moitié de 2010.

La décision s’est porté sur la proposition de l’Argentine suite à un processus de sélection ouvert qui a pris en compte, entre autres aspects, qu’il s’agira de la première fois que l’Amérique du Sud- berceau des radios communautaires il y a 60 années- sera pour la première fois le hôte de la conférence mondiale des radiodiffuseurs communautaires. Un autre élément considéré a été que l’Argentine et la région de l’Amérique latine et les Caraïbes vit des changements sociaux importants et qu’on y trouve une riche expérience accumulée à partager avec le mouvement mondial des radios communautaires.

L’AMARC 10 sera un événement d’une semaine que réunira plus de 400 praticiens de radios communautaires et ses alliés de plus de 110 pays du monde.

2009 National Campus/ Conférence sur Radio communautaire - 7 au 12 juin à Montréal !

La Conférence de l’Association nationale des radios communautaires et de Campus, (ANREC) s’est tenu du 7 au 12 juin à Montréal, (Québec) Canada. L’organisation hôtesse de la conférence a été CKUT. Cette conférence annuelle que réunit des radiodiffuseurs de type communautaire se tient sans interruption depuis 1981 et il s’agit d’une des activités centrales de l’ANREC. Les radiodiffuseurs des radios communautaires et de campus se rencontrent avec des experts pour des plénières, des séminaires et des ateliers. La conférence a traité de plusieurs sujets, entre autres, la programmation, la gestion, comment débuter une radio, le CRC, travailler avec la musique, développement professionnel, le financement et plus. Veuillez visiter visit http://ckut.ca/ncrc.php ; ou http://www.ncra.ca

La 4ème Conférence de l’AMARC Afrique, Abidjan, Côte d’Ivoire

147 membres de l’AMARC Afrique et alliés des radios communautaires de plus de 30 pays, se sont donné rendez-vous du 27 au 30 avril, pour la 4ème conférence panafricaine. Les participants ont analysé les enjeux de développement et la situation de la radio communautaire en Afrique et définie des actions en vue d’ “Augmenter l’impact social de la radio communautaire dans la réduction de la pauvreté, la bonne gouvernance et l’adaptation au changement climatique”. La conférence a terminée aujourd’hui avec l’adoption de la déclaration d’Abidjan, l’élection d’un nouveau conseil d’administration, des amendements à la Constitution de l’AMARC Afrique et les lignes d’action du plan stratégique de l’AMARC Afrique pour 2009-2013. Pour de plus amples informations visiter : http://africa.amarc.org/index.php?p=Conferences_pan-africaines

Les parties prenantes des radios communautaires, lors de plénières, des groupes de discussion, des activités parallèles du réseau international des femmes, de la formation de formateurs et d’ateliers d’échange de connaissances, ont échangé sur leurs expériences et leurs pratiques et intérêts , ont analysé les défis, les réussites et les engagements de l’AMARC en Afrique sur le thème d’“Augmenter l’impact social de la radio communautaire dans la réduction de la pauvreté, la bonne gouvernance et l’adaptation au changement climatique”.

Les membres de l’AMARC Afrique et leurs alliés ont défini les lignes d’action stratégiques pour la réduction de conflits et la bonne gouvernance en Afrique; sur les stratégies pour la reconnaissance et l'essor de la radio communautaire; sur les défis posés aux communautés africaines par la mitigation, l’adaptation au changement climatique et l’exercice du droit à la communication; sur les stratégies pour l’égalité de genre et les droits des femmes; sur le développement de contenus en vue d’améliorer la qualité, le contenu, la pertinence et la participation de la société civile dans la programmation sur le VIH-SIDA, sur les thèmes de développement et de gouvernance; sur le renforcement des réseaux de radios communautaires en Afrique et sur le besoin d’inclure l’évaluation de l’impact social en tant qu’activité continue des radios communautaires.



Les membres de l’AMARC Afrique ont élu le nouveau conseil d’administration composé par:

Oumar Seck Ndiaye (URAC) Sénégal : Président (et viceprésident pour l’Ouest et le Centre de l’Afrique), courriel oumar_seckndiaye@yahoo.fr

Franklin Huizies (NCRF) Afrique du Sud Vice président pour l’Est et le Sud de l’Afrique, courriel : franklin@ncrf.org.za

Karamoko Bamba (URPCI) Côte d'ivoire, Trésorier, courriel: karamokobam@hotmail.com

Benilde Nhalevilo (FORCOM) Mozambique. Représentante du réseau international des femmes pour l’Est et le Sud de l’Afrique, courriel benilde.nhalevilo@gnmail.com

Habby Diallo (Radio Bélékan) Mali, Représentante du réseau international des femmes pour l’Ouest et Centre de l’Afrique. Courriel habiba_dl@yahoo.fr

Zara Yacoub (DJA Fm) Tchad. Responsable du développement institutionnel, Courriel: lightirene@yahoo.fr

Kofy Larweh, (GCRN) Ghana. Responsable de la formation. Courriel: kofilarweh@yahoo.fr

Jimmy Okello (Radio APAC) Uganda, Responsable de nouvelles technologies. Courriel : jokello@hotmail.com

Mise sur pied en 1997, l’AMARC Afrique est la section africaine de l’AMARC. Elle regroupe plus de 400 membres directs de radios et fédérations dans tout le continent.

Pour de plus amples informations: http://africa.amarc.org

La déclaration d’Abidjan des radiodiffuseurs communautaires

Adoptée lors de la 4ème Conférence panafricaine. Abidjan, Côte d’Ivoire, le 30 avril 2009

1. Préambule

Nous, les participants, représentants des radios communautaires, de groupes de production radiophonique et des fédérations nationales et des réseaux, des journalistes et activistes de 40 pays africains, Ensemble avec des délégués d’institutions multilatérales et de développement de même que des agences régionales de médias de l’Afrique, de l’Amérique latine, de l’Amérique du Nord et de l’Europe.

Nous avons échangé sur nos expériences, nos pratiques, nos actions et nos intérêts; nous avons analysé les défis, les réussites et les enjeux de l’AMARC Afrique de même que de nos communautés sur le thème « d’ augmenter l’impact social de la radio communautaire dans la réduction de la pauvreté, la bonne gouvernance, la mitigation et l’adaptation au changement climatique . ».

Nous avons réfléchi sur les objectifs de la radiodiffusion communautaire ancrée dans les communautés, indépendante des intérêts privés ou gouvernementaux, que donne une voix aux gens, que favorise le dialogue et l’accès aux médias en tant que moyen d’empouvoirement, de défense et promotion de nos droits et de construction d’une société juste et durable.

Nous avons réfléchi au thème de la conférence dans des plénières, des groupes de discussion, des activités parallèles, comme lors de l’assemblée du réseau international des femmes; les formation de formateurs et les ateliers d’échange de connaissances et lors de l’assemblée générale de l’AMARC Afrique. Celles-ci furent des occasions stratégiques de participation et de prise en charge pour la définition de visions alternatives sur les médias et le monde.

Nous avons échangé sur des témoignages sur la contribution de l’AMARC Afrique sur des thèmes tels que la résolution de conflits et la bonne gouvernance; sur des stratégies pour favoriser la reconnaissance et le développement de la radio communautaire; sur les défis posés à la radio communautaire para le changement climatique dans le cadre du droit à la communication; sur le développement de contenus dans les radios communautaires et; sur le renforcement des droits des femmes et l’égalité de genre.

La 4ème conférence panafricaine de l’AMARC Afrique se tient sur fond de récession économique mondiale que remet en question les objectifs internationaux communs de réduction de la pauvreté, de l’exclusion sociale et d’accès à la parole. Cependant, contre la marée, les praticiens des radios communautaires ont montré de la résilience, du courage et de la conviction dans la poursuite de la démocratie, des droits humains et du développement durable.

Les discussions nous ont permis de renforcer notre compréhension sur les thématiques, de renforcer la confiance dans nos moyens collectifs pour nous attaquer aux enjeux devant nous et augmenter l’impact social de la radio communautaire dans la mise sur pied d’un monde meilleur et nous avons adopté la déclaration que suit :

2. Sur la résolution de conflits et la bonne gouvernance

Considérant que :

Les radios communautaires ont joué un rôle décisif dans le rétablissement de la paix en Côte d’ivoire, après l’arrêt de la rébellion armée dans le Nord du pays en 2001 et elles participent actuellement dans le processus de désarmement, de démobilisation et de reconstruction appuyé par l’Organisation des Nations Unies. En Libéria, les radios communautaires contribuent au renforcement de la paix et la reconstruction du pays, après la guerre civile, en favorisant la participation de toute la population dans le processus électoral et en provenant un canal d’expression pour les programmes de réduction de la pauvreté. Au Kenya, les radios communautaires ont aidé à la paix et la réconciliation entre les communautés qui se sont déchiré lors du dernier processus électoral. Les radios communautaires ont contribué à la prise de conscience sur des défis posés par la bonne gouvernance ainsi que sur des enjeux de développement, des défis posés par le VIH-SIDA à l’empouvoirement des femmes et l’égalité de genre. Au Zimbabwe, les radios communautaires ont fait la promotion de la participation citoyenne pour la bonne gouvernance, la justice sociale et l’indépendance de la société civile du gouvernement.

L’AMARC Afrique continuera son soutien envers les journalistes, les producteurs, les gestionnaires des radios communautaires au niveau du développement de capacités pour les programmes, des équipements adéquats afin d’assurer la pérennité des stations, augmenter l’appropriation de la radio communautaire par les communautés et mieux exprimer ainsi leurs inquiétudes, sur le développement, la bonne gouvernance et la résolution de conflits.

L’AMARC Afrique devra développer tout particulièrement la recherche, le suivi et les activités d’échange de connaissances afin de mieux comprendre, mettre en valeur et donner visibilité aux meilleures pratiques et les enjeux spécifiques des médias communautaires devant la résolution de conflits et la bonne gouvernance.

3. Sur les stratégies pour la reconnaissance de la radio communautaire

La situation des radios communautaires de l’Afrique du Sud, Sénégal, Nigeria et Ghana, sont un reflet de leur situation dans le continent : une grande diversité de situations.

Nous recommandons :

Continuer le soutien aux activités de plaidoyer et de recherche sur les politiques afin d’améliorer l’environnement légal et de la régulation des médias communautaires et du droit à la communication.

Favoriser la formation non seulement sur les habiletés techniques mais également au niveau des techniques de gestion et de financement

La mise sur pied de mécanismes pour renforcer la solidarité entre le mouvement des médias communautaires entre pays, spécifiquement en ce qui concerne les appels des radios menacées de fermeture ou d’autres formes d’interférence étatique.

4. Sur les enjeux des radios communautaires devant le changement climatique et le droit à la communication.

Nous recommandons que :

Les radios communautaires augmentent la conscience des communautés africaines sur la nécessité de considérer l’impact du changement climatique et la nécessité de promouvoir des technologies alternatives.

La production et la diffusion par les radios communautaires de programmes sur l’impact spécifique du changement climatique sur l’agriculture, la santé, la nutrition et les politiques. Des changements observés au niveau local tel que la diminution de sources d’eau, l’effet de serre, la disparition d’espèces animales ou végétales, l’impact des activités minières, les stratégies d’adaptation des communautés, entre autres.

La radio communautaire facilitera la compréhension du changement climatique par les parties prenantes dans les communautés et fera la promotion de technologies alternatives. Nous soulignons l’importance, l’urgence et la nécessité de produire des émissions sur le changement climatique qui prennent en compte le contexte réel de connaissances, d’attitudes et de pratiques des populations locales sur le changement climatique.

5. Sur le développement de contenus et les stratégies de l’égalité de genre

Considérant que les radios communautaires ont été crées afin de fournir un média pour les gens marginalisés et que les sondages confirment que les femmes et les jeunes sont encore marginalisés, en particulier dans les postes de gestion.

Nous recommandons :

Que la promotion de l’égalité de genre et les droits des femmes, que donner la voix aux femmes, que le combat contre la discrimination sur la base du genre et que le renforcement de la participation des femmes dans les médias communautaires à tous les niveaux continue d’être un objectif spécifique de la stratégie de l’AMARC et de l’AMARC Afrique en particulier.

Et que :

La formation, formelle et informelle, soit disponible aux femmes à tous les niveaux – gestion, production, mission, vision, etc. La formation sur le genre doit être disponible à tous les participants.

Le plaidoyer, l’échange de connaissances et le réseautage soient renforcés à tous les niveaux et avec des méthodes divers de communication.

S’organisent régulièrement des campagnes internationales sur des thèmes spécifiques des droits des femmes, les femmes dans les médias ou sur la discrimination de genre doivent être organisés de façon régulière.

6. Sur le renforcement de l’impact social de la radio communautaire dans la couverture du VIH-SIDA

Considérant que :

Le VIH-SIDA représente un défi énorme aux travailleurs pour le développement partout dans le monde et tout particulièrement en Afrique où le nombre d’infectés augmente quotidiennement et que les gens ont le droit à être informés sur la prévention, le traitement, les soins et le soutien à ceux qui vivrent avec le VIH-SIDA.

Nous recommandons :

Augmenter le soutien à l’échange de connaissances, la recherche et le monitoring sur la couverture du VIH-SIDA.

Organiser l’appui au partenariat avec les médias communautaires pour la production et l’échange d’émissions relevantes qui s’adressent aux besoins des gens infectés par le VIH-SIDA.

7. Sur le renforcement des réseaux de radios communautaires

Nous recommandons le renforcement de la structure de l'AMARC et l’amélioration de son fonctionnement au niveaux de pays de région et international ;

Nous recommandons que le renforcement des alliances entre les médias communautaires et d'autres réseaux et mouvements sociaux demeure un objectif important pour l’AMARC.

À cet effet, nous recommandons que le soutien institutionnel de l'AMARC et de ses partenaires soit dirigé vers les réseaux régionaux et nationaux en priorité lorsqu’il s’agit du plaidoyer pour la liberté d’expression, de la création et la consolidation d’un environnement propice à la croissance des médias communautaires, du renforcement des capacités et de la distribution des équipements.

Nous recommandons, afin d’assurer le développement organisationnel des réseaux, de mettre sur pied des mécanismes d’évaluation et de monitoring.

Nous recommandons finalement que l'AMARC développe la coopération et les échanges avec les organismes intergouvernementaux africains au niveau continental ou régional, (UE, ECOWAS, SADC et EAC) afin de renforcer sa structure et ses réseaux.

8. Sur l'évaluation de l'impact social de la radio communautaire


Considérant que la communication et le droit à la communication est un droit humain fondamental et que la radio communautaire est, par définition au centre d’un processus de communication pour le développement que s’adresse à toute la communauté ;

Considérant que la radio communautaire est non seulement un outil de dissémination d’information pour une communauté, mais également un projet en soi, que donne le voix aux sans voix, d’empouvoirement des exclus et qui permet l’expression, l’écoute et l’organisation de la communauté ;

Nous recommandons que :

L’évaluation de l’impact social de la radio communautaire devient une priorité pour renforcer la reconnaissance de la contribution de la radio communautaire au développement, à la construction de la démocratie et la bonne gouvernance ;

Que la recherche-action pour l’évaluation de l’impact social de la radio communautaire devient un instrument pour les praticiens des radios communautaires dans l’accomplissement de leur mission par le renforcement de l’interaction entre la radio et les acteurs de la communauté et l’amélioration de la qualité et les contenus de la programmation ;

Que l’AMARC appuie le recours par les radios communautaires à la recherche-action et autres méthodologies, incluant des approches qualitatifs et quantitatifs afin de définir des stratégies pour augmenter l’impact social de la radio communautaire ;

Que les radios communautaires entreprennent l’évaluation continue de leur impact social, en combinant des approches d’impact à court, médium et long terme et de manière systématique pour assurer une rétroaction continue de l’audience.

9. La reconstruction de l’AMARC Afrique

Pendant la 4ème Conférence Panafricaine, les membres de l’AMARC Afrique se sont réunis en assemblée générale ordinaire pour élire un nouveau conseil d’administration et définir les orientations du plan stratégique pour 2009-2013. Les membres de l'AMARC Afrique ont également adopté une nouvelle Constitution que définit une nouvelle structure de gouvernance que répond aux expériences acquises par le réseau. Le mandat donné par les membres au nouveau conseil est également indicatif du désir de reconstruire l’Amarc Afrique et d'adhérer aux principes et aux règles d'engagement de l'Amarc International.

Nous avons l’assurance que suite à un long processus participatif de reconstruction, l'AMARC Afrique est en conditions de relever le défi d’ajouter de la valeur aux actions de ses radios et fédérations membres et, avec le soutien des partenaires, augmenter l'efficacité de la radio communautaire dans le combat contre la pauvreté, l'exclusion, de donner la voix, de promouvoir la justice sociale, ainsi que le développement humain durable, participatif et démocratique en Afrique.

 

La 8ème Conférence OUR MEDIA à Bogota, Colombie

La Conférence “OURMedia 8” se tiendra à Bogota, en Colombie, juillet 2009. Le thème de cette année est “Comunication, conflit et convivence : narrations individuelles et collectives”. Veuuillez visiter http://ourmedianetwork.org/?q=node/485

2ème Conférence de l’AMARC Asie Pacifique à Bangalore, Inde



La région de l'Asie Pacifique de l'Association mondiale des radiodiffuseurs communautaires, AMARC Asie Pacifique, tiendra sa 2ème conférence et assemblée régionales du 10 au 13 octobre 2009 à Bangalore, Inde. La conférence sera accueillie par VOICES, ONG établie à Bangalore qui promeuve la radiodiffusion communautaire en Inde.

La conférence régionale rassemblera les radiodiffuseurs communautaires, les activistes, les universitaires, les décideurs politiques, et les représentants de la communauté des bailleurs des fonds et gouvernements pour réviser le développement de la radiodiffusion communautaire dans la région de l'Asie Pacifique dans les 4 dernières années. Elle jettera un coup d'œil soigneux aux domaines thématiques du développement tels que l’empouvoirement des femmes dans le secteur de RC, le rôle de la radiodiffusion communautaire dans la construction de la paix, son rôle face au changement climatique global et à une époque de catastrophes naturelles aussi bien que pour l'extirpation de pauvreté. La conférence régionale abordera les issues pratiques telles que le développement des capacités dans les secteurs de la gestion, la technologie, la participation communautaire, la surveillance et l’évaluation, la convergence des médias, et la gestion de réseaux et la conférence recommandera les étapes qui assureront le chemin à suivre pour le secteur de la RC dans la région. La 2ème Assemblée régionale de l'Asie Pacifique de l'AMARC sera tenue en même temps que la Conférence régionale.

Le chapitre de l'Asie Pacifique à l'AMARC a été formellement établi en novembre 2005 par la 1ère Assemblée régionale des membres de l'AMARC dans la région de l'Asie Pacifique pendant la conférence régionale tenue à Jakarta, Indonésie. La conférence a fourni une poussée significative à la radio communautaire dans la région en rassemblant des praticiens de l'Asie Pacifique et de même qu’avec des experts et des représentants des ONG du secteur des droits à la communication et des médias communautaires. L'assemblée régionale de Jakarta a élu un conseil régional et a décidée un plan d'action visé à développer le secteur de la radiodiffusion communautaire dans la région. Selon les statuts de l'AMARC Asie Pacifique, l'assemblée régionale est tenue tous les quatre ans.

Veuillez visiter : http://asiapacific.amarc.org/index.php?p=2_Conference_Asia_Pacific_2009


 

 

Ressources

   

Nouvelle section de publications et ressources écrites sur le site de l’AMARC.

Veuillez visiter la nouvelle section de publications et de ressources, tel que des articles, des manuels et autres sur la radiodiffusion communautaire dans le site Internet de l’AMARC http://www.amarc.org

Vous pouvez envoyer nouveaux documents au secrétariat international secretariat@si.amarc.org ; ou bien, grâce à la plateforme wiki, vous pouvez ajouter nouveaux documents.

L’empouvoirement citoyen pour la bonne gouvernance à travers la radio communautaire en Afrique de l’Ouest - Cadres législatifs et réglementaires - Recueil de textes pour une recherche-action. Pour enlever les contraintes et augmenter l’impact social des radios communautaires/ Association mondiale des radiodiffuseurs communautaires, Afrique - AMARC Afrique- Montréal, décembre 2008. 55 pages.

http://amarcwiki.amarc.org/upload/documents/livre_AMARC_OSIWA_FR_.pdf

Diciembre 2008: producción del CD Picante parlante. Des histories dans un monde avec perspective de genre.

Gritos en el coro de señoritas.
L’appropriation du rôle politique des femmes à travers des medias.
AMARC ALC y ALER, Buenos Aires, 2008 - 63 pages. Le livre est seulement disponible en espagnol.
http://www.amarc.org/documents/manuals/Gritos_en_el_coro_de_senoritas.pdf

Atrapa sueños.
La soutenabilité des radios populaires et communautaires.
ALER y AMARC ALC, Buenos Aires, 2008. 48 pages. Le livre est seulement disponible en espagnol.
http://www.amarc.org/documents/manuals/Atrapa_suenos_1.pdf

Community Radio and the Post Election Violence in Kenya - Par Matu Ngui – Association mondiale des radiodiffuseurs communautaires Afrique (AMARC- Afrique), 2008, 43 pages.
• Télécharger le document comme PDF = Community Radio and the Post Election Violence in Kenya
- Document disponible seulement en anglais.

Community Media Sustainability Guide - The Business of Changing Lives par Jean Fairbairn,
Éditeur: Internews
http://www.internews.org/prs/2009/20090225_mediaguide.shtm
Publication date, Février 26, 2009
Pour accéder librement à la guide en format PDF copier le lien dans votre explorateur.
http://www.internews.org/pubs/pdfs/InternewsCommunityMediaGuide2009.pdf
Site Internet de Internews : http://www.internews.org

A new bibliography on ethnic minority media is under construction on the Alternative Media Global Project. It has been launched by Eugenie Saïtta, a French researcher in political science currently working on minority media in Italy. Feel free to use it and complete it, (the site is a wiki: you can subscribe and become a user, which means having the possibility to add new content)
URL: http://www.ourmedianetwork.org/wiki/bibliography:ams_theme:minorities



L’équipe du secrétariat international

Flor Maria Balbin, Assistante administrative
Dominique Legendre, comptable et assistante financière de projet
Marcelo Solervicens, Secrétaire général
Gabriela Mayorquin, Consultante de projets
Ricardo Costa, Consultant de projets
Nick Fillmore, Consultant en développement de projets
Jean-Philippe Théberge, Consultant en informatique

Cher membre, renouvelez votre Membership:

Veuillez payer en ligne sur le site Internet de l’AMARC. Pour l’information sur comment procéder, veuillez contacter votre bureau régional ou bien le secrétariat international à secretariat@si.amarc.org

À travers le service aux membres, le réseautage et l’implémentation de projets, l’Association mondiale de radiodiffuseurs communautaires (AMARC) réunit plus de 4,000 radios communautaires, fédérations et alliés de radios communautaires en plus de 115 pays. Le principal impact de l’AMARC depuis sa fondation en 1983 a été d’accompagner et d’appuyer l’établissement d’un secteur mondial de la radio communautaire. L’AMARC fait plaidoyer pour le droit à la communication au niveau international, national, local et de quartier et défend et promeut les intérêts du mouvement des radios communautaires à travers la solidarité, le réseautage et la coopération.

Pour de plus amples informations sur l’AMARC, allez à http://www.amarc.org

2009 AMARC