AMARC en lien, Volume 14, Numéro 1, Janvier - Mars, 2010

Titres:

   

1.- Invitation à l’AMARC 10

2.- Nouvelles du Forum Social Mondial

3.- Perspectives du réseau international des femmes de l’AMARC

4.- Amplifier les voix des pauvres et des exclus grâce à la Formation, les Campagnes sociales et le développement du réseau des radios communautaires

5.- La lutte pour la reconnaissance de la radio communautaire

6.- Nouvelles du réseau des radios communautaires et ses alliésinternationales.

7.- Ressources

8.- Activités à venir

9.- L’équipe du secrétariat internationalt

 

1.- Invitation à l’AMARC 10, la dixième conférence mondiale de radiodiffuseurs communautaires du 8 au 13 novembre 2010, La Plata, Argentine

   

Chers collègues,

Au nom du conseil d'administration international de l’Association mondiale de radiodiffuseurs communautaires (AMARC), je suis heureux de vous inviter à nous joindre pour la 10ème conférence mondiale de radiodiffuseurs communautaires. AMARC 10 que se tiendra du 8 au 13 novembre 2010 à la Ciudad de la Plata, province de Buenos Aires, Argentine.

Les hôtes de l’AMARC 10 sont les radios communautaires membres de l'AMARC Argentine. Elles se sont rassemblées pour pour accueillir la première conférence mondiale de l’AMARC en Amérique du Sud, la région qui a vu naitre la radio communautaire il y a 60 ans. L'Argentine et la région de l'Amérique latine et les Caraïbes ont été caractérisées ces dernières années par des changements sociaux dynamiques et ont accumulé beaucoup d'expériences qu’il est important de partager avec notre mouvement international.

L’AMARC 10 réunira plus de 400 radios communautaires et partis prenantes de plus de 100 pays de toutes les régions du monde. Ce sera l’occasion de réfléchir sur la croissance des médias communautaires dans tout le monde et de répondre, par la solidarité internationale, aux défis auxquels nous sommes confrontés en créant nouvelles formes de communication populaire.

La conférence AMARC 10 abordera, entre d'autres thèmes, l’échange sur les meilleures pratiques dans les médias communautaires; le plaidoyer en vue d’améliorer les politiques, les lois et les règlements sur les médias; les actions conjointes des médias communautaires pour la justice sociale, l’égalité de genre et la promotion d’un développement soutenable de la planète; les échanges de savoirs sur l'utilisation de nouveaux outils et technologies de la communication; sur les stratégies pour l’empouvoirement et le soutien des communautés confrontées aux conflits, aux réponses urgentes et aux désastres naturels.

L’AMARC 10 sera un événement ouvert et participatif, de rassemblement pour échanger nos idées, nos connaissances et nos cultures. Nous vous invitons à contribuer en proposant des activités, présentations, ateliers, démonstrations et spectacles que puissent enrichir notre expérience et assurer que notre rassemblement global reflète la diversité de notre mouvement.

Pour de plus amples informations, des mises à jour régulières et pour s’enregistrer, veuillez visitez le site Internet de la conférence AMARC 10 à : http://amarc10.amarc.org ou contacter secretariat@si.amarc.org

Meilleures salutations

Steve Buckley
Président de l’AMARC


Retour en haut

 

2.- Nouvelles du Forum Social Mondial

   

Les membres de l’AMARC ont défini lors de la 9ème conférence mondiale de radios communautaires tenue à Amman, Jordanie en novembre 2006 que le Forum social mondial et les activités des mouvements sociaux que s’y rattachent sont une priorité pour les radios communautaires dans leurs efforts pour renforcer les liens avec les mouvements sociaux.


L’année du dixième anniversaire du Forum Social Mondial


Entre le 25 et le 29 janvier, il a été réalisé à Porto Alegre, Brésil, la célébration des 10 ans du Forum Social Mondial avec le Séminaire International “10 ans après: défis et propositions pour un monde possible”. Aussi, le Campement International de la Jeunesse s'est aussi développé et la première Foire Mondiale de l`Économie Solidaire. Pour regarder les photos des évènements visitez :
http://www.agenciapulsar.org/coberturas_det2.php?id=72


Forum Social Mondial au Maroc




Le forum sur “ Les Mouvements Sociaux et les Forums Sociaux” organisé par le FS Maroc et le FS Maghreb ont eu lieu du 5 mars au 7, 2010 à Bouznika, Maroc. Presque 700 personnes ont participé à cet évènement, 260 représentantes d’organisations, des réseaux, des unions commerciales et des mouvements sociaux de toutes les zones du Maroc; ainsi que une participation importante internationale, qui représentait plus de 80 organisations et de mouvements qui venaient de 30 pays du Maghreb et le Machrek, l’Afrique, l’Amérique, l’Europe et le sud de l’Asie et le sud-est de l’Asie. Le Forum de Bouznika et « Open spaces » se sont remarqués aussi, grâce à une forte représentation de jeunesse ainsi que d'une participation féminine d'à peu près 25 %.


Forum Social Mondial au Japon


La ville de Tokyo a accueilli le 24 janvier un de premiers évènements du procès du FSM 2010. Les participantes sont arrivées dans de groupes de deux et trois personnes depuis très tôt le matin augmentant finalement à peu près de 300. Les quatorze séminaires ont parlé sur la biodiversité, la sécurité alimentaire, la crise financière, des impôts sur la transaction de devises, des services publiques, ordonnances de contrat public, de la souveraineté alimentaire, l’agriculture, le commerce libre, le changement climatique, le genre, le Moyen-Orient, le capitalisme, la pauvreté, les pauvres, le travail, les mouvements d'union, des immigrants, Okinawa et le Traité de sécurité, de paix et de médias. Le slogan principal du Forum Social de Tokyo était "Get together, Talk, and Go! - Another World is Possible!" a finit avec beaucoup de succès. Le Forum Social de Tokyo a été suivi par le Forum Social d’Osaka du 21 au 22 mars, 2010. Pour plus d’information, allez sur:
http://tokyo.socialforum.jp/


Activités à venir pour le FSM en 2010


Lors de la dixième année du Forum social mondial il y a un nouvel format. Cette année les mouvements sociaux et les organisations de la société civile organisent partout dans le monde des forums pour débattre des alternatives devant la crise de civilisation en cours.
Pour la liste complète des évents à venir du FSM en 2010, veuillez visiter: http://www.forumsocialmundial.org.br/dinamic.php?pagina=eventos%202010%20EN

Le prochain Forum Social Mondial sera tenu à Dakar, Sénégal, Janvier 2011. Pour plus des informations visitez: http://www.dakar2011.org

 

3.- Perspectives du réseau international des femmes de l’AMARC

   

Le Réseau international des femmes de l'AMARC est une grande assemblée de communicatrices qui travailler à assurer le droit des femmes à communiquer à travers et à l'intérieure du mouvement de radio communautaire. Pour vous informer sur d’autres programmes et actions du RIF visitez : http://www.win.amarc.org


AMARC-RIF a célébré le 8 Mars en mettant en valeur les actions des femmes devant les catastrophes naturelles!


Le Réseau International des Femmes de l’Association Mondial des Radiodiffuseurs Communautaires (AMARC-RIF) a célébré la Journée internationale des femmes avec une radiodiffusion mondiale sur Internet du 8 au 31 Mars dédiée à l’empouvoirement et célébration des actions des femmes devant les catastrophes naturelles. La campagne de radiodiffusion a présenté divers thèmes dédiés aux femmes et aux questions de gendre. Cette année le thème nous avons privilégié le rôle des femmes qui mènent leurs pays et communautés vers le rétablissement et le développement à long terme après une catastrophe naturelle. De plus, l’AMARC- RIF a marqué la Journée Internationale des Femmes 2010 en honorant la mémoire de Myriam Marlet, Magali Marcelin et Anne Marie Coriolan, fondatrices des trois plus importantes organisations d’Haïti travaillant au nom des femmes et filles qui ont périt lors du tremblement de terre du 12 janvier 2010. Les producteurs de radios communautaires d’Asie- Pacifique, du Moyen-Orient, d’Afrique, d’Europe, d’Amérique du Nord, d’Amérique latine et des Caraïbes ont participé à cette campagne radiophonique qui met en valeur la Journée Internationale des Femmes.
Les émissions sont disponibles pour téléchargement à: http://8mars.amarc.org Nous encourageons les radios communautaires à les rediffuser les émissions pour le bénéfice de leurs communautés.
Nous vous invitons à nous rejoindre l’année prochaine pour une septième campagne mondiale de radiodiffusion célébrant la Journée Internationale des Femmes en 2011!


Les Femmes font des Ondes pour la paix


Un séminaire interculturel sur la participation des femmes dans l’adaptation au changement climatique, la mitigation au désastre et la construction de la paix à travers la radio communautaire.

Par Bianca Miglioretto, Isis International.

“Après qu’une jeune fille d’une minorité ethnique a commencé une émission à la Radio Purbanchalla, les gentes de sa communauté l’ont commencé à aimer et jusqu’à aujourd’hui lui donne des fruits et d’autres cadeaux” a expliqué Kamala Kadel de la première radio de femmes au Népal.

“La radio construit un pont entre le gouvernement et le peuple” Nazira Djuzupova de Kyrgystan.



30 femmes qui travaillent aux radios communautaires de neuf pays, principalement du Centre et du Sud de l’Asie, se sont réunies à Mysore, Karnataka, Inde, pour participer au séminaire de six jours Les Femmes font des Ondes pour la paix du 13 au 18 février 2010.

Le séminaire Les Femmes font des Ondes pour la paix a permit de partager des expériences, des capacités et des émissions. Les participantes ont été des personnes de recours, des entraîneuses, des stagiaires et des journalistes de radio en même temps.

Les sujets vus ont inclus :
• La Radio Communautaire et l’adaptation au changement climatique.
• Mitigation des effets du changement climatique dans une perspective de genre
• Journalisme pour la paix dans une perspective de genre
• La radiodiffusion féministe
• La politique d'équité de genre pour la radio communautaire
• Édition digitale
• Les techniques d’entrevue
• Les productions de radios spéciales
• Radio Drame

D’autres sujets présentés pour les participants du WMAP, ils ont été :
• Les femmes journalistes de la radio communautaire après le conflit de Népal
• La réponse de femmes tribales au changement climatique dans le nord-est de l’Inde
• Le rôle de la Radio Sahar dans l’appropriation de la femme à Herat, Afghanistan
• L’intégration de femmes journalistes citoyennes dans le programme de radio

Les émissions de radio produites pendant les séminaires ont consisté en variété créative de formats de radio comme des programmes de radio spécial, raconteurs d’histoires, radio drame, de débats de studio et ils ont les expériences des femmes qui travaillent en Afghanistan, Fiji, Inde, Kyrghystan, Népal, Philippines, Sri Lanka ont aussi été présentées.

Isis International a organisé le troisième seminaire du projet WMAP. Le projet pilote avait eu lieu aux Philippines, le second et le troisième séminaire ont été organisés en collaboration avec l’AMARC-RIF Asie - Pacifique.

La plupart des participantes du WMAP ont assisté à la deuxième Conférence régionale de l’Asie Pacifique “Voices for a Sustainable and Sound Future” à Bangalore du 20 au 23 février 2010. Les émissions sont disponibles dans le site Web d’Isis International. Pour de plus amples informations su le WMAP visiter: http://www.isisinternational.org


Le développement des capacités à travers la radio communautaire.


par Namrata Bali (SEWA Academy)


Suman Basnet Coordonnateur de l’AMARC Asie Pacifique,
et Namarata Bali, Directrice exécutive de SEWA.


Self Employed Women Association (SEWA) pense que la communication joue un rôle central dans la dissemination de l’information exacte aux travailleuses pauvres et leur donner une direction claire. La radio, combine le faible coût à une longue portée, c’est un média parfait dans un pays comme l’Inde.

Fait à remarquer, quand les femmes engagées provenant de plusieurs domaines se réunissent, debute un processus important d’apprentissage et de participation.

L’échange d’information et les expériences liés à leurs vies, les batailles et les réussites ont développé leurs capacités et leur pérénnité. La SEWA essaie de communiquer cette information aux femmes et à radio SEWA, le service de la radio communautaire (SRC) qui a été crée le 26 novembre 2009 dans le but d’accomplir cet objectif.

Le SRC est la 49ième station de radio communautaire en Inde et elle travaille avec les femmes leader des villages pour le développement de capacités et la pérénnité. Le Service de Radio Communautaire fonctionne huit heures par jour. Les nouvelles émissions sont diffusées de 16h à 20h et elles sont ensuite rediffusées le jour suivant de 9h à 13h dans 38 petits villages près de Manipur, district de Sanand à Gujarat sur 90.4 Mhz FM.

Le SCR produit des émission qui parlent de sujets divers, par exemple, la musique traditionnelle, les messages spéciaux et voeux, l’interaction entre les femmes, les expériences des personnes âgées; les émissions des enfants réalisés par des enfants, ainsi que pour les professeurs, les mères, les pères suivis par des enfants qui invitent d’autres enfants à faire des activités comme les sports, de la musique, des concours, des émissions éducatives, la nature, les rêves et les ambitions des adolescents autant garçons que de filles , pour couvrir tous les groupes d’âges et de genre.

Le SEWA a utilisé la radio communautaire pendant les désastres naturels ou causés par l'homme tel que les inondations, les tremblements de terre, les épidémies, etc., comme réseaux pour donner de l’information nécessaire au sujet des proposées par le gouvernement, la gestion des désastres et comment ils peuvent s’en sortir.

La radio SEWA, c’est une équipe des femmes sur le terrain qui a appris à faire fonctionner une station de radio et à la rendre viable. Le SCR est pour le villageois , par le villageois et centré sur les nécessités des villageois. L’équipe actuelle du SCR, est constitué d’un groupe de non professionnels qui ont été entraînées avec sur le tas, avec la formation par des groupes tels que l’AMARC, VOICES et One World Asie du Sud.

La formation en ligne est donné à l’équipe du SRC avec une formation élémentaire dans plusieurs fonctions de la radio. L’enregistrement de sons, la formation élémentaire sur les ordinateurs, l’interaction avec les communautés et la détermination de leurs besoins, aident à la conception des émissions selon leurs nécessités.

L’équipe est capable de lier deux émissions produites indépendement. L’équipe a appris à disposer le microphone, utiliser l’enregistreuse digital, à organiser la position de la personne qui va passer l’interview et à utiliser en même temps une chaîne de transmission, CD, etc. L’équipe trouve des solutions en cas des problèmes techniques et utilise des backups d’urgences.

L’équipe est capable de produire des autopromotions; de comprendre les instruments musicaux et leur utilisation dans plusieurs chansons. Cette équipe de femmes planifié, coordonne, fait des interviews, enregistre,, édite et occupe les différentes fonctions de la radio et elles entrainent aussi d’autres femmes pour développer le projet.

La radio communautaire a démontré être une bénédiction pour les femmes autonomes qui habitent à l’intérieur de villages éloignées, où il n’y a pas d’autres moyens de communication. Actuellement, “Rudi No Radio” - radio SEWA a fait 21 comités d’écoute, connues comme Shrota Mandals à Gujarati. Les gens du village se rencontrent, discutent et écoutent ces émissions populaires.

Ils ont beaucoup aimé ces émissions et invitent l’équipe de la radio à faire une diffusion sélective. Les femmes pauvres, les analphabètes et les travailleuses indépendantes apprennent les valeurs comme le Sarvadharma (toutes les religions sont égales) et sur l’harmonie commune. Ils apprennent sur les régimes de gouvernements et on reccueille les avantages.

Les fermiers apprennent à reconnaître les graines de bonne qualité et à les trouver à un prix raisonnable, le controle du sol érodé et à voir les avantages du compost naturel. Ils se sont rendu compte de l'importance de l'éducation, ont appris sur l’énergie solaire et sont en train de l’utiliser dans leurs magasins , maision et sont en train de faire des affaires avec elle.

Ils ont appris sur le traitement d’Ayurvedic, médicaments traditionnels, et sont en train d’utiliser des remèdes maison là où les médecins ne sont pas disponibles. La radio communautaire a diffusé de l’information sur le VIH et le SIDA et les villageois commencent à surmonter leurs fausses idées. De la même façon, ils parlent de leurs problèmes sexuels avec les médecins sans hésiter. Ils entretiennent en bon état leurs maisons et ils ont acquis de la connaissance sur plusieurs sujets.

SEWA prévoit étendre la portée de son réseau SRC aux pauvres dans de plus en plus de villages pour créer de la connaissance, éduquer et mobiliser les femmes, pour qu’elles puissent participer dans la diffusion, la création de nouvelles et d’émissions. Il veut encourager les femmes pour qu'elles deviennent des promotrices actives de l'usage de la radio communautaire et mettent en valeur leurs compétences et développent leurs capacités. Au même temps, les responsables politiques doivent encourager la participation des femmes dans l’économie digitale et augmenter de cette façon la capacité nationale et atteindre une plus grande croissance et développement économique.

Le développement de capacités peut agrandir la portée de la radio communautaire, en portant les voix des responsables politiques, des auditeurs et de ceux qui participent à la radio communautaire. La participation de travailleuses autonomes est nécessaire dans l’adoption de normes et pour traiter de leurs besoins. Par conséquent, les émissions produites avec une approche holistique atteindront tous les gens ainsi que ceux qui défendent l’égalité de genre et ce qui va assurer l'appropriation par les femmes des léviers de leur développement d'une manière intégrée.

Le SRC et le développement de capacités de notre équipe de radio communautaire ont été possibles grâce à l’aide de l’AMARC et de SDC.


Soutenir les efforts des femmes dans la prévention des catastrophes, la gestion, la mitigation et la réadaptation et mettre en valeur leur rôle comme agents actifs de récupération


Les séismes en Haïti et au Chili, le glissement de terrain en Ouganda, le cyclone aux Fiji et avant ceux-ci le tsunami en 2004 qui a frappé l'Inde, l'Indonésie, le Sri Lanka et la Thaïlande, les séismes au Pakistan en 2005 et en Chine en 2008, illustrent que les catastrophes se produisent dans diverses régions et populations.

Il y a toutefois une similitude, ce sont les femmes et les enfants qui souffrent le plus pendant et après les catastrophes. Comme dans les conflits armés, les catastrophes naturelles sont une menace pour la sécurité humaine et peuvent aggraver les conflits dans les Communautés fragiles. La pénurie de ressources naturelles et l'absence de moyens de subsistance qui résultent des catastrophes naturelles peuvent aussi entraîner à des conflits violents et amplifier les inégalités de genre.

D’innombrables études ont prouvé que les catastrophes affectent disproportionnément les femmes. Toutefois, ceci continue d’être ignoré par les gouvernements, les agences multilatérales, les organisations humanitaires et les ONG impliqués dans les efforts de gestion de catastrophes, mitigation et réadaptation.

La capacité des femmes comme agents actifs de la récupération de catastrophes doit d'être reconnue. Oui, elles sont des victimes et des survivants comme tout autre personne dans les communautés frappées par les catastrophes. Toutefois, elles peuvent aussi jouer des rôles de leadership et mener leurs communautés et pays vers la récupération et le développement à long terme. Vu l'occasion et l'aide nécessaire, les femmes peuvent prendre part à l’identification des dommages et des pertes; organiser les services médicaux, de santé et psychosociaux; coordonner la distribution de l'aide et s’assurer que les plus défavorisés soient assistés.

Elles peuvent aussi établir et maintenir des réseaux de communications pour les survivants et leurs familles ainsi que pour les travailleurs humanitaires, entre les nombreuses autres tâches cruciales. Dans le passé, les groupes de femmes ont démontré, à l’occasion de beaucoup de catastrophes, être capables d'effectuer ces tâches de sauvetage ainsi que leur potentiel pour gérer et mitiger de façon eficiente et efficace l'impact des catastrophes.

Le réseau global des femmes Peacebuilders appelle à tous les agents impliqués dans les efforts de gestion, mitigation et réadaptation en Haïti, au Chili, aux Fiji et dans toutes les catastrophes récentes pour créer des conditions favorables et de soutien à la participation pleine et égalitaire des femmes à tous les niveaux de travail de réduction, prévention et mitigation des catastrophes naturelles. Nous les appelons à reconnaître l'agence de femmes, augmenter leur capacité et leur permettre d'avoir un accès égal aux ressources qui sont essentielles dans la préparation, mitigation et l’adaptation aux catastrophes.

À travers son réseau étendu, le GNWP se compromet à soutenir tous les efforts qui permettent aux femmes d'accomplir pleinement leur rôle comme gestionnères de catastrophes et façonneuse à long terme de développement durable pour de leurs communautés.

Le GNWP, partenaire du programme du réseau international de l'action de la société civile, est une coalition des groupes de femmes et autres organisations de la société civile de l'Afrique, Asie et Pacifique, Europe, Amérique latine et de l'Asie de l'Ouest qui sont impliquée directement dans la défense et l'action pour l'application complète des résolutions du Conseil de Sécurité de l'ONU 1325, 1820, 1888 & ; 1889 au niveau local, national, régional et international.

Pour de plus amples informations, contactez: Mavic Cabrera-Balleza :
maviccabreraballeza@gmail.com


Espagne: Prix pour la section des femmes de Radio Vallekas


Le 29 mars 2010 lors de la troisième édition des prix “En participant nous créons des espaces d'égalité ” du Conseil des Femmes de la municipalité de Madrid, la section des femmes de Radio Vallekas, membre de l’AMARC a été récompensée dans la catégorie de Médias.
Dans cette édition les gagnantes ont été choisis grâce aux votes du Web, courriers électroniques et appels.

 

4.- Amplifier les voix des pauvres et des exclus grâce à la Formation, les Campagnes sociales et le développement du réseau des radios communautaires

   

La radio communautaire dans la gestion des catastrophes: Appuyant la radio communautaire en Haïti


L’AMARC, appelle les radiodiffuseurs communautaires de partout dans le monde à unir leurs appuis au peuple haïtien, suite au tremblement de terre qui a tué des milliers de personnes et causé d’énormes dommages aux infrastructures de ce pays.



L’AMARC a conduit une première mission internationale en février pour effectuer une évaluation urgente de l'état de la radiodiffusion communautaire dans les secteurs touchés, en mobilisant des ressources et de l'assistance technique et en mars dans une seconde mission qui a notamment reconstitué la capacité de radiodiffusion de Radio Zetwal Paysanne. Pour plus d’information sur l'appui de l'AMARC aux radios communautaires et au peuple haïtien visitez :
http://www.amarc.org/index.php?p=Haiti_solidarity_FR&l=FR&nosafe=0



Les medias communautaires jouent un rôle vital en temps d’urgence et de catastrophe. L’AMARC travaille conjointement avec SAKS (Sosyete Animasyon Kominikasyon Sosyal) et REFRAKA (le réseaux des radios communautaires des femmes) et AMEKA (L’Association de media communautaire de l’Haïti) pour mettre en œuvre un plan de reconstruction en avril - septembre afin de rétablir la pleine capacité des radios communautaires en Haïti. Depuis 1992 SAKS aide le communautés à monter leur propres radios, offre un service de formation technique et théorique pour les organisations de base, les ONGs et autres institutions sociales et promeut la communication comme un droit fondamental. Pour plus des informations sur les efforts de l'AMARC à Haïti visitez : http://www.amarc.org/haiti


Notes du voyage de la première mission de l’AMARC en Haïti


La mission internationale d’aide aux médias communautaires en Haïti a commencé le dernier samedi le 23 janvier. Jane Regan et Francesco Diasio sont arrivés à Saint Domingo le 23 janvier et immédiatement, ce soir là, avec des collègues de la radio Santa Maria qui appartient au réseau UDECA en République Dominicaine, ils sont allés à radio Enriquillo à la frontière haïtienne.



La délégation est arrivée à Port-au-Prince dimanche où ils ont retrouvé Sony Esteus, Directeur de SAKS, représentant de l'AMARC en Haïti et vice-président de l'AMARC. SAKS coordonne les efforts de mitigation pour appuyer les 12 radios communautaires qui travaillent dans la zone affectée par le tremblement de terre.

La situation est bien difficile et les prévisions d'une reconstruction qui durera 10 ans sont peut-être exactes. La plupart des quartiers ont été fortement endomagés, on estime à 800.000 les sans-abri et on compte actuellement sur environ 600 camps de fortune qui hebergent les sinistrés. Tout se passe dans les rues. “Les rues sont le salon du peuple” disait un vieux proverbe haitien. C'est ce qu’est devenu la realité actuellement, vu que même les familles qui n'ont pas subi de dommages à maisons, préfèrent dormir dans la rue. Tout se fait dans les rues. Y compris la radio, vu que les journalistes ont peur de travailler dans les studios.



Les grandes organisations de médias sont en train de coordonner leur efforts et en train de chercher un terrain en commun, pour travailler en faveur des haïtiens : AMARC, International Media Support, Journalistes sans frontières, Internews… Le support est là, mais l’efficacité depend de la mise sur pied de formes de collaboration qui évitent le redoublement des efforts. La reconstruction de Haïti, c’est n’est pas une course de 100 mètres, mais un marathon et il faudra sauver de l’energie et l’utiliser strategiquement. Pour avoir plus d’information sur la première mission de l’AMARC, visitez: http://www.amarc.org/index.php?p=haiti_solidarity_news


Notes de voyage de la deuxième mission de l’AMARC en Haïti

Par Jim Ellinger AMARC/Austin Airwaves

Je suis arrivé à l’aéroport de Port-au-Prince avec plus de 300 livres de bagage. Les réunir et les apporter dans la camionnette qui attendait a été un petit problème.

J’ai rencontré un sympathique haïtien/américain de Brooklyn qui avait acheté un téléphone portable local de DigiCell et une connexion internet sans fils et il me l’a prêté un peu. La bande passante est extrêmement limité en Haïti rurale, comme l'électricité et l'eau potable. . .

J’ai rencontré Ernesto, Sony, Jane et les gentilles personnes de SAKS. Tout était très positif et informatif. Le voyage avec les boîtes attachées sur toit de la camionnette en dehors de Port-au-Prince dans les montagnes, fut une expérience que je ne vais jamais oublier. Nous sommes arrêtés devant la cathédrale complètement dévastée et le palais de justice. C’était impressionnant.

De nombreuses villes de tentes. Des décombres par tout. Un district dans la colline semble être complètement détruit. Les chemins continuent à être à une seule voie, avec plein de ruines. Nous devons encore mettre des câbles sur la Van. Des groupes de travailleurs saluent fatigués.

En dehors de la ville, les routes sont détruits et dangereuses. Il y avait des possibilités certaines d’accident; lorsque nous avons rencontré une camionnette surchargée dans notre côté de la route. Nous avons croisé un gros véhicule qui s’était renversé.

Fondwa, est un petit village dans une belle vallée montagneuse avec l’océan juste au nord. Il semblait que toutes les infrastructures dans la zone on été détruites.

Le centre perdu du village, c’est le centre de bienvenue, une clinique, un couvent, un orphelinat, une station radio et une tour. Ils ont même construit un nouveau bâtiment pour la station. C’est simplement, une construction en bois, de 2x4 contreplaqués. Quand je suis arrivé il n’y avait pas de fenêtres, ni électricité ou d’énergie. Il y avait beaucoup d’équipement détruit, des miettes d’haricots et de fromage de chèvre du gouvernement américain. Maintenait, il y a deux tables avec tout l’équipement de radio rangé. L’ingénieur était très efficace, il réussit à tout faire en quelques heures, ce que moi j’aurai fait,en beaucoup plus de temps. Je n’avais pas apporté assez de microphones et de câbles RCA, mais lui, Jerry, en avait quelques uns.

Tout l’équipement de son a été testé et est prêt à fonctionner. J’ai insisté pour ne pas que soit lancée la radiodiffusion jusqu’au moins la tour et l’antenne soient mise sur place. Alors, le studio est en place, sec, sûr et prêt à fonctionner, je dirai, à 75%.



La tour a été un défit aussi. La tour de 60 mètres, faite sur place, était tombée entre le centre communautaire, la clinique et la station de radio qui s’étaient aussi effondrées. Il y a avait de ruines et de poubelles partout.

Grâce aux efforts de Sony, une équipe locale était sur place et avait installé des câbles, des points d’ancrage et des sections de l’antenne. Beaucoup de matériel de la vielle tour est maintenant, inutilisable.

Quatre nouveaux trous ont été faits, nous avons préparé le coffre pour le ciment afin de mettre les huit câbles qui vont soutenir les nouvelles six section, de la tour de 60 pieds. Deux ont servi de point d’ancrage.

Le studio est à 30 pieds de la tour, alors, les 100 pieds du nouveau câble que j’ai apporté suffiront sans avoir à couper les vieux câbles.

Les deux antennes sont grandes et de niveau commercial. Heureusement, les deux sont en bon état. Elles seront utilisées avec des égaliseur/coupleur. Les adaptateurs de PL à N qu’on a décidé d’apporter, seront utilisés.

La météo a causé du retard. Hier soir, la première tempête de pluie torrentielle de la saison a frappé la vallée. Provoquant des cries et des pleurs de bébés chèvres, pratiquement toute la nuit. Aujourd'hui c'est une mer de boue.



L’équipe de la tour doit revenir demain avec les trois sections additionnelles de la tour. L’installation semble assez droite. Je peux même mettre l’harnais que j’ai apporté pour monter et donner un coup de main.

Une équipe professionnelle et ingénieur professionnel audio/b-cast, c’était la bonne façon de faire. Je fais toujours attention, je ne suis pas ingénieur. Mais j’aurais pu connecter les fils,, allumer/essayer l’émeteur y connecter la diffusion. Mais, j’ai été suffisamment intelligent pour attendre et les laisser travailler.

Apparemment tout est correct pour l'essai dimanche. Mais, si les routes se bloquent ou la météo n’est pas bonne (c’est une possibilité, on dit) Ce sera peut-être un léger retour en onde avec une seule antenne attachée à 20 à 30 pieds d’hauteur.

Sony et son équipe doivent être ici le dimanche.

Tout est bien à Fondwa.


Radio Zetwal Peyisan, Fondwa, Haïti

Par Ernesto Lamas

12 radios sur 25 ont été affectés direct ou indirectement par le tremblement de terre de 7,7 degrés à l'échelle de Richter en Haïti le 12 janvier de cette année. Radio Zetwal Peyisan (93,5 FM) a été la plus affectée, elle a été couverte par le ciment et la maçonnerie. Les employés, hommes et femmes, ont réussi échapper sans blessures graves.



Radio Zetwal Peyisan est le nom en créole, qui traduit au français, veut dire « Radio des paysans ». Elle se trouve à 30 kilomètres de Port-au-Prince, à deux heures en voiture, en traversant les villes de Carrefour et Léogane, épicentre du tremblement de terre.

À l’ouest de l’île, au milieu des collines, champs cultivés, monts et maisons qui apparaissent d´un coté comme de l´autre, il y a le village de Fondwa avec ses 8,000 habitants. Ici comme dans la plus part du territoire haïtien la radio, est le moyen de communication par excellence. Malgré la pauvreté, dans 80% des maisons, il y a un récepteur, ça veut dire, qu’il y a plus de radios que de télévisions. Les ordinateurs à la maison sont un luxe que personne ne peut avoir dans cette communauté. En fait, il n’y a pas de téléphones fixes et ceux qui ont des téléphones cellulaires n’ont pas toujours les 25 dollars que coûte la carte d’appel



Le dimanche, 21 mars 2010 à 13h13 Radio Zetwal Peyisan diffuse de nouveau. C'était l'objectif principal de la deuxième mission d’AMARC international en Haïti. « Cette radio et toutes les radios communautaires ont un rôle fondamental pour la démocratie en Haïti. En plus, ce sont les seuls médias qui parlent notre langue, le créole. Les radios privées ont seulement ses émissions en langue étrangère (français) » a dit Enel Beauliere, directeur de la radio. C’est remarquable, le fait que les radios privées ont des émissions en français mais les publicités, sont presque toutes en créole, en considérant que le publique utilise quotidiennement la langue créole pour communiquer.


Radio Zetwal transmet à nouveau


La deuxième mission internationale de l'AMARC a aidé Haïti en rétablissant Radio Zetwal Peyizan, une radio communautaire à Fondwa, près de Léogane. Le 12 janvier la station de radio était complètement détruite et ses installations enterrées sous le béton. L’objectif de remettre en ondes la station de radio Zetwual a été accompli le 21 mars. La deuxième mission internationale de l'AMARC en Haïti, composée par Jim Ellinger, Vice-président de l'AMARC et Ernesto Lamas, coordonnateur de l'AMARC Amérique Latine et Caraïbes, a apporté des dons solidaires d'équipemens et du support technique à Radio Zetwal Peyizan.



L’évènement a compté avec la présence de représentants de radios communautaires haïtiennes, SAKS, AMARC International, des représentants de la communauté locale et l’ambassadeur de la République d’Argentine José Maria Vasquez Ocampo, très intéréssé par les activités de la radio.


Appuis aux radios communautaires chiliennes


L’association mondiale des radiodiffuseurs communautaires (AMARC) exprime sa solidarité avec le peuple chilien de même que ses condoléances envers tous ceux qui ont perdu des parents et des amis lors du tremblement de terre du 27 février 2010. Steve Buckley président de l’AMARC a dit : « nous sommes en état de choc devant les nouvelles d’un autre tremblement de terre dévastateur dans les Amériques. Nous sommes prêts pour venir en aide selon les besoins ».

Le bureau régional de l’Amérique latine et des Caraïbes (AMARC-ALC) est en train de coordonner la réponse internationale de l’AMARC, tout en travaillant avec le représentant national et les membres de l’AMARC au Chili. Le Chili a un réseau élargi de radios communautaires partout dans le pays, la plupart d’entre elles sont des membres de l’AMARC. La majorité des radios sont en train de diffuser des nouvelles et des avis.


AMARC a appuyé une première évaluation de la situation des radios communautaires dans les zones de désastre.


Maria Pia Matta de Radio Tierra à Santiago, et Vice-présidente de l’AMARC pour l’Amérique latine et les Caraïbes, a informé que la destruction la plus important se trouve dans le Sud du pays. La situation la plus sérieuse est à Conception, également dans l’île Juan Fernandez, mais surtout dans la région du Maule. Radio Tierra est en ondes à Santiago et diffuse des mises à jour sur FM et l’Internet. Quatre organisations appartenant à l’AMARC Chili ont participé dans l’élaboration du rapport : Foro Ciudadano, Eco Comunicaciones, La Radioneta y Radio Tierra.

Natacha Gomez Barahona de La Radioneta et représentante nationale de l’AMARC, a reporté que les radios communautaires à Valparaiso fonctionnent, mais qu’elles souffrent d’un accès défaillant à l’électricité ce qui rend difficile les communications et la diffusion de nouvelles. À peine quatre jours après le désastre, une émission quotidienne spéciale a été radiodiffusée, « les nouvelles citoyennes ». Une initiative commune de la Radio Juan Gómez Millas, Radio Tierra, La Radioneta et ECO Comunicaciones, en collaboration avec Radio Placeres, Radio El Encuentro, Radio la Ventana et des journalistes sur le terrain dans les régions les plus dévastées.

L’émission rassemble des nouvelles et des analyses essentielles pour informer les citoyens sur les réponses au désastre et comment aider les plus affectés.

Malgré leur rôle de premier plan dans la réponse humanitaire au désastre, la majorité des radios communautaires du Chili fonctionnent à une puissance réduite en attente de la conformation de la loi sur les radios communautaires qui se trouve présentement devant la cour constitutionnelle. La nouvelle législation, malgré ses faiblesses, établit néanmoins des garanties pour des services de radiodiffusion de la société civile et fixe des standards de base qui respectent le droit à la communication.

L’AMARC appelle le nouveau gouvernement de Sebastian Piñera à accélérer la promulgation de la loi qui facilite, protège et contribue à la radiodiffusion communautaire. En même temps nous appelons à remplacer la menace de peine d’emprisonnement et de saisie d’équipements inscrite dans la loi de 1982 sur les télécommunications par un cadre réglementaire de radiodiffusion en conformité avec un système démocratique et les standards internationaux de liberté d’expression.

Pour plus d’information sur le soutien de l’AMARC aux radios communautaires chiliennes, visitez:
http://www.amarc.org/index.php?p=Chile_solidarity_EN&l=EN&nosafe=0


Treizième édition de Radio Voix Sans Frontières sous le thème migrations

Le 21 mars dernier, pour la treizième année consécutive les radios membres de l’AMARC ont participé à Radio Voix Sans Frontières (RVSF), un marathon radiophonique multilingue contre toutes les formes de discrimination. Cette année nous avons ajouté le sous thème: migrations mondiales. Produite et coordonnée par l’Association mondiale des radiodiffuseurs communautaires (AMARC) en collaboration avec les bureaux régionaux, des producteurs et des stations de radio communautaires de partout dans le monde, la radiodiffusion internationale a commémoré la journée internationale de l’ONU pour l’Élimination de la discrimination raciale. Retrouvez les émissions de cette année et des éditions passées à l’adresse suivante http://www.rvsf.amarc.org. Cette année, la radiodiffusion comptait des émissions en anglais, français, espagnol, arabe, népalais et indonésien. RVSF a pour objectif d’encourager l'accès aux ondes par les minorités et les plus défavorisés et encourage les stations de radios locales à accéder aux nouvelles technologies pour se faire entendre dans le monde entier.


AMARC Afrique Project VDF, Project Inforoutes


Le projet "Femmes de parole d'afrique francophone" a pour objectif donner la parole aux femmes africaines des pays francophones en les donnant des capacités et des ressources nécessaires pour les responsabiliser et les rendre autonomes, tant dans la gestion des radios communautaires que dans la production et diffusion au plan local et international dans l'univers de la francophonie, d'une programmation et d'émissions de radio qui leur est propre.

Des radios du Bénin, Burkina Faso, Cameroun, Congo, Cote d’Ivoire et Sénégal participent activement au projet en envoyant des émissions pour des femmes faites par des femmes. Pour écouter les émissions, visitez :
http://africa.amarc.org/index.php?p=Plateforme_paroles_femmes&l=FR


 

5.- La lutte pour la reconnaissance de la radio communautaire.

   

Lors de l’Assemblée mondiale AMARC 9, la non reconnaissance légale des radios communautaires a été considérés l’obstacle majeur au déve-loppement de la radio communautaire comme tiers secteur de la communication.


Rapporteur Spécial de la Liberté d’Expression de la CIDH transmet le rapport 2009


Le rapport de 2009 du Rapporteur Spécial de la Liberté d’Expressions de la Commission Interaméricaine de la Liberté d’Expression aborde des sujets d'importance vitale pour la radiodiffusion communautaire et dont l’AMARC ALC a fait des débats et a élaboré des propositions pour garantir des droits à la communication.

Il est important de souligner l'analyse du Pluralisme, de la Diversité et de la Liberté d’Expression du Chapitre III, ainsi que le développement dans le Chapitre VI sur la Liberté d’Expression et la Radiodiffusion.

Le rapport met en évidence les médias communautaires: “À plusieurs occasions, la CIDH et le Rapporteur Spécial ont reconnu que les médias communautaires ont accompli dans notre région un rôle fondamental pour faciliter l’exercisse, dans plusieurs secteurs de la société, de la liberté d’expression et l’accès à l’information. Dans leurs déclarations ils ont établi qui est nécessaire que les États reconnaissent légalement les radios communautaires et qu’ils leur réservent des parties du spectre des ondes, ainsi que des conditions équitables d’accès aux licences qui reconnaissent la différence des médias non commerciaux.

L’AMARC ALC salue le rapport qui devrait être un cadre pour que les États établissent des réglementations conformément aux standards qui garantissent le plein exercice de la liberté d'expression. Vous pouvez lire le rapport complet, « Tout sur la radio communautaire » sur notre site Web.


AMARC salue la récente percée des radios communautaires en Bangladesh


L’association mondiale des radiodiffuseurs communautaires (AMARC) a saluée l’approbation de 12 licences de radios communautaires au Bangladesh comme étant une des plus importantes percées pour les radios communautaires en Asie du Sud.

C’est un pas dans la bonne direction vers ce qui devrait devenir un fort et très nécessaire secteur de la communication pour le développement au Bangladesh. L’AMARC a exprimé son soutien au réseau des ONG pour les radios et la communication de Bangladesh (BNNRC) pour son travail de plaidoyer constant en faveur de la radiodiffusion communautaire. L’AMARC encourage également le gouvernement de Bangladesh à accélérer sa réponse aux dizaines de requêtes similaires formulées par des organisations de la société civile.

Le ministère de l’information du gouvernement de la république populaire de Bangladesh a autorisé pour la première fois l’installation et l’opération de radios communautaires à 12 initiateurs de radios communautaires au Bangladesh. Il accepte les radios communautaires dont l’objectif est de diffuser des informations liées à l’amélioration de la qualité de vie des communautés rurales, entre autres, dans les domaines, de l’agriculture, de l’éducation, de la santé, de la gestion des catastrophes, des femmes et des enfants, des prix de marché et des services.

Steve Buckley, président de l’AMARC, s’est félicité du travail de plaidoyer soutenu du réseau des ONG pour les radios et la communication de Bangladesh (BNNRC) ainsi que d’autres acteurs pour le développement au Bangladesh. L’AMARC Asie Pacifique et le réseau global de l’AMARC ont réaffirmé leur intérêt de poursuivre leur soutien aux prochaines étapes du développement des radios communautaires au Bangladesh.


Honduras : Attentats contre la liberté d’expression et assassinats de journalistes


Après le coup d'État au Honduras, consommé le 28 juin 2009, le travail des journalistes est devenu quelque chose de dangereux qui transgresse la vie et les droits de ceux qui l'exercent. Pendant le coup d'État plusieurs plaintes ont été déposées de la part des communicateurs, journalistes, directeurs des médias suite aux menaces constantes de la part des militaires.

Au début de l’année 2010, Radio Coco Dulce a souffert un attentat par des inconnus qui ont fait feu dans les installations de la radio qui est membre de l’Association Mondiale de Radios Communautaires (AMARC), Honduras.

En 2010, six journalistes ont été tués: en mars Joseph Ochoa, David Meza, Nahúm Palacios, José Bayardo Mairena Ramírez et Manuel Juárez, et en avril Luis Antonio Chévez Hernández.

AMARC – Honduras a exprimé sa solidarité avec les familles des journalistes assassinés et se sont joint aux communicateurs sociaux, journalistes et d'étudiants en journalisme qui ont manifestés à un niveau national, pour que l'État de l'Honduras garantisse de manière effective la vie des communicateurs, communicatrices sociales, des journalistes, de leur familles et collègues de travail.

AMARC - Honduras a appelé la communauté internationale à se solidariser avec les communicateurs, communicatrices sociales, les journalistes et avec les citoyens en général suite au climat d'insécurité que souffre cet État qui aspire à vivre dans une démocratie. Cette démocratie sera réelle, quand on respectera le droit à la liberté d'expression, le droit à l'information et la communication, comme s'est écrit dans l'article 72 de la Constitution de la République de l’Honduras. « Liberté de diffusion de la pensée par n'importe quel média, sans censure préalable. Seront responsabilisés devant la loi ceux qui abusent de ce droit et ceux qui par des moyens directs ou indirects le limitent ou empêchent la communication et la libre circulation des idées et opinions »


Sénégal: Le soutien financier de l'état aux radios communautaires, une réalité!


L'aide à la presse pour un montant de 300 000 FCFA a été distribuée fin 2009, début 2010. Et en ce mois d'avril, une dernière tranche de 100 000 est versée aux bénéficiaires. Parmi eux, des radios communautaires. Plus de 50 stations sont concernées.

Cette aide "sommeillait" depuis 2006. Le plaidoyer de l'URAC (organisation regroupant les radios communautaires sénégalaises) a donc porté ses fruits.


L'AMARC regrette la suspension de la nouvelle loi de la communication en Argentine


Montréal, le 20 avril 2010. L’association mondiale des radiodiffuseurs communautaires (AMARC) a exprimé sa grande inquiétude aujourd’hui devant la suspension de la loi 26.522 sur les services de communication audio-visuelle. La suspension a été décidé par la cour fédérale de Mendoza par cause de problèmes procédurales lors de la discussion de la législation au Congrès. La décision de la cour rétablit la loi 22.285 de la radiodiffusion édictée par décret et sans discussion lors de la dernière dictature militaire en 1980. l’AMARC appui sans réserves la mobilisation de la société civile argentine lorsqu’elle appelle au renversement de la décision juridique et a la mise en application immédiate de la nouvelle loi.

L’AMARC a salué en octobre 2009, lorsque le sénat a approuvé la nouvelle législation par une forte majorité, car cette décision transformait l’Argentine en une des meilleures références en matière de cadre régulateur en vue de réduire la concentration des médias et pour promouvoir et garantir la diversité et le pluralisme. L’AMARC a particulièrement bien accueillie la reconnaissance des trios secteur de la radiodiffusion, d’État, commercial et sans but lucratif, et la garantie d’un 33% de participation des entités privées sans but lucrative, incluant les radios communautaires, dans le spectre radiophonique.

La nouvelle législation a également été reconnue para le bureau du rapporteur spécial pour la liberté d’expression de la commission inter américaine des droits humains (CIDH), comme "un développement important en relation à la situation qui prévalait en Argentine. Sous l’ancienne régulation, l’autorité chargé de l’implémentation de la loi était complètement dépendante du pouvoir exécutif, il n’avaient pas de règles claires, transparentes et équitables dans l’octroi de licences et il n’y avaient pas des conditions pour l’existence d’une radiodiffusion véritablement affranchie des pressions politiques".

L’adoption de la loi 26.522 sur les services de communication audio-visuelle a été le résultat d’un débat démocratique élargi, qui a compté avec la participation de tous les secteurs de la société argentine, incluant les organisations sociales, les académiques, les parties politiques et les secteurs concernés. Malgré l’opposition constante vis-à-vis la nouvelle loi par le conglomérat médiatique Clarin, qui domine le paysage médias en Argentine, l’AMARC considère que cette loi est un pas nécessaire et dans la bonne direction pour la démocratisation des médias et le rétablissement de la démocratie en Argentine.


Les radios communautaires du monde condamnent les assassinats aux Philippines


Les délégués de la deuxième conférence régionale de l'Asie Pacifique de l'Association Mondiale de radios communautaires qui se sont récemment réunis à Bangalore, en Inde, ont unanimement passé une résolution qui condamne les massacres des journalistes qui travaillaient aux Philippines.

« L’AMARC Asie Pacifique condamne dans les termes les plus forts possibles, la culture de l’impunité aux Philippines, particulièrement la tuerie des interlocuteurs et des journalistes » a dit la résolution présentée par Raimundo Villanueva, interlocuteur communautaire des Philippines de « Kodao Productions ».

La résolution a été adoptée le 23 février, trois mois après le massacre du 23 novembre 2009 dans la ville d'Ampatuan, une province de Maguindanao dans le Sud-est des Philippines, où 58 civils ont été tués ainsi qu’une douzaines de journalistes.

Les suspects principaux dans le massacre sont des icônes du clan puissant politique d'Ampatuan, qui, dit-on est proche de la présidente Gloria Macapagal Arroyo.

Villanueva et Kodao, sont eux-même victimes de poursuite politique. Le propriétaire pro-Arroyo d’une station de radio a fermé le programme reconnu de Kodao “Ngayon na, Bayan" en 2006 lorsque Arroyo a déclaré l’état d’urgence.

La résolution dit "L’AMARC- AP demande à l’AMARC International ainsi qu'à tous ses groupes régionaux, de formuler et d’exécuter le plus tôt possible une campagne active pour défendre les droits humains aux Philippines en coordination avec les membres aux Philippines ”.


Steve Buckley, président de l’AMARC participe à International Partnership Meeting à New York


Le 26 janvier 2010 Steve Buckley a participé à la réunion de l’International Partnership à New York organisée par l’Open Society Institute and International Media Support pour discuter de partenariats et pays prioritaires pour une action conjointe. En plus des ententes pour continuer le travail au Mexique, Honduras, Népal, Sri Lanka et Zimbabwe, la réunion a identifié les nouvelles priorités pour le 2010. Neuf pays ont été sélectionnés pour l’action conjointe en 2010 : L'Afghanistan, l’Azerbaïdjan, l'Haïti, le Nigeria, le Pakistan, les Philippines, l'Ouganda, le Venezuela et le Yémen.

Steve Buckley a annoncé l’intérêt de l’AMARC dans une action commune en Haïti, au Nigeria, en Ouganda, au Pakistan et aux Philippines.


« Le gouvernement indien est en train de travailler pour s’assurer que 4,000 stations de radios communautaires puissent fonctionner dans les trois prochaines années » a dit Ambika Soni, Ministre d’information et diffusion.


New Dehli, Inde: le gouvernement indien est en train de travailler pour s’assurer que 4,000 stations de radios communautaires puissent fonctionner dans les trois prochaines années, a dit vendredi le Ministre de l’Information et diffusion Ambika Soni, en réitérant que la radio communautaire aide les gens localement à comprendre et à résoudre leur problèmes.

Elle a annoncé que le gouvernement était sur point de finaliser la phase III de la politique sur la radio FM. Elle a dit que c’était dans «l'objectif de stimuler l'introduction de services de la radio FM dans les états du nord-ouest, Jammu et la Cachemire et les territoires des îles, et pour par la suite libéraliser la reglementation prévoir une plus grande diversité de contenus et diminuer les coûts opérationnels ”.


La PEC: « 2009, un an obscur pour les médias, avec 121 journalistes assassines »


Le Press Emblem Campaign (PEC) dans son rapport annuel lancé en janvier, a affirmé que 121 journalistes ont été assassinés en 2009 dans 25 pays, ce qui représente une augmentation de 33 % comparé avec 2008. On l’a appelé « année obscure »; l'ONG située à Genève a dénoncé dans son rapport l'arrêt d'au moins 150 journalistes dans tout le monde, et les détenions en Iran pendant les problèmes récents dans d’étranges circonstances. La PEC a ajouté que le 2009 a été marqué par le pire massacre de journalistes dans l'histoire, quand le 23 novembre 2009, une caravane électoral aux Philippines où il y avait aussi des journalistes, a été attaqué; en assassinant 31 journalistes.

Les cinq premières places des pays où il est les plus dangereux de travailler dans les médias sont occupée par les Philippines avec 38 journalistes assassinés, le Mexique avec 13 journalistes assassinés dans la lutte contre les drogues et le trafic, la Somalie en troisième avec 9 journalistes assassinés, le nord-est du Pakistan avec 8 journalistes assassinés et la Russie en cinquième place avec 7, pour la plus part, relié au le conflit dans le Caucase.

La PEC a annoncé qu’elle va lancer une campagne diplomatique pour demander l’aide des État membres de l’ONU lors d’un évènement spécial en mars 2010 au Conseil des Droits Humains sur la protection de journalistes.


 

6.- Nouvelles du réseau des radios communautaires et ses alliés

   

Participez à la conférence mondiale AMARC 10 à La Plata, Argentine en 2010


La dixième conférence mondiale des radiodiffuseurs communautaires se tiendra du 8 au 13 novembre 2010, à Ciudad de la Plata, province de Buenos Aires, Argentine. Pour vous inscrire allez à http://amarc10.amarc.org Pour proposer un atelier ou activité auto-organisée écrivez à secretariat@si.amarc.org

Les radios communautaires regroupées dans AMARC Argentine, seront les hôtes de la première conférence mondiale des radiodiffuseurs communautaires à se tenir en Amérique du Sud. La région a été le berceau des radios communautaires il y a 60 ans. L’Argentine et la région de l’Amérique latine et les Caraïbes vit des changements sociaux importants et ils ont une riche expérience accumulée à partager avec le mouvement mondial des radios communautaires.

La Conférence mondiale AMARC 10 réunira du 8 au 13 novembre 2010, plus de 4000 praticiens et partis prenantes des radios communautaires de plus de 125 pays en représentation du mouvement mondial des radios, afin, entre autres, d’améliorer les pratiques des medias communautaires; de faciliter une reconnaissance accrue des radios communautaires dans les législations nationales; de définir des modèles de recherche-action et de mentorat pour l’échange de savoirs et de la formation; de renforcer le développement des contenus amenant le changement social; de faciliter l’inclusion des femmes et l’empouvoirement des communautés par l’appropriation des médias communautaires dans l’atteinte de la justice sociale et le développement humain durable, participatif et démocratique. Pour de plus amples informations visitez :
http://www.amarc.org


2ième Conférence régionale de l’AMARC Asie Pacifique
La Radio communautaire pour le développement soutenable et le bonne gouvernance


Du 20 au 23 février 2010 - Bangalore, Inde

Les interlocuteurs de la radio communautaire de 20 pays de la région de l'Asie le Pacifique reunis à Bangalore, Inde du 20 au 23 février 2010, ont exigé dans la déclaration de Bangalore que les droits des peuples à la communication soit mis au centre du développement. Ils ont aussi fait un appel pour qu’on appuie les initiatives qui favorisent l'accès à la radio communautaire et aux nouvelles technologies pour permettre la diffusion communautaire dans une échelle de plus en plus étendue, créant des espaces sur les ondes pour les voix diverses et marginalisées, indépendamment de la race, croyances, couleur, genre orientation sexuelle, foi et ceux limités dans leurs capacités ou toute autres différences.



Plus de 300 radiodiffuseurs communautaires, activistes, représentants des ONG, académiques, ainsi que des institutions gouvernementales et multilatérales ont participé à la conférence régionale organisée par l'Association Mondiale de Radios Communautaires, AMARC en collaboration avec VOICES, en Inde. Ils ont aussi analysé la situation et les défis de la radio communautaire, la conférence a réaffirmé les besoins des communautés opprimées à prendre le control de ses propres moyens de communication. Les participants à la conférence on assisté à des ateliers de partage de connaissances et de développement de capacités et on échangé avec des représentants et des institutions de la région.

La 2ième conférence de l’AMARC Asie Pacifique s’est compromise à construire des alliances avec les organisations sociales locales et les mouvements des droits humains pour consolider les communautés et le mouvement de la radio communautaire et stimuler les droits des femmes, des immigrants, des indigènes et des pauvres. Elle a demandé une plus grande reconnaissance regionale de la radio communautaire comme outil de prévention de désastres, réduction de la pauvreté, de l'inclusion, droits humains, d’adaptation et de mitigation devant les changements climatiques.

Un certain nombre de résolutions on été approuvées par les participants à la conférence, s'étendant des violations des droits de l'homme aux Philippines, au retrait de l'interdiction des bulletins nouvelles adoptée récemment en Inde dans la législation de la radio communautaire, à la simplification des procedures d’aplication des licences ainsi que l’appel au gouvernement du Bangladesh à poursuivre le processus d’attribution de licences pour les radios communautaires.



L’assemblée régionale de radiodiffuseurs communautaire tenue le 23 février 2010 a élu le nouveau Conseil Régional de l’Asie Pacifique.

L'équipe de direction nouvellement choisie est composée par Ashish Sen, d’Inde , président, Maica Lagman, Philippines, vice-présidente, Shane Elson, Australie, trésorier, Bianca Miglioretto, Philippines, représentante du réseau international de femmes, Raghu Mainali, Népal, Vice-président du Sud-est de l'Asie et Imam Prakoso, Indonésie, Vice-président pour le Sud-ouest asiatique. L'assemblée a aussi ratifié le plan stratégique de l'AMARC l'Asie Pacifique pour 2010-2013.



La conférence a compté avec la participation de représentants de l'Afghanistan, de l'Australie, République Populaire de Bangladesh, Cambodge, Fiji, République Indienne, Indonésie, Japon, Jordanie, République de Kyrgyztan, RPD du Laos, Malaisie, Népal, Papuasie Nouvelle-Guinée, République des Philippines, Sénégal, Îles-Salomon, Sri Lanka, Thaïlande, Timor Oriental ainsi que des observateurs d’Afrique, Europe, Amérique Latine et de l'Amérique du Nord.

La dernière conférence régionale à eu lieu à Jakarta, Indonésie, en novembre 2005.

Pour plus d’information, visitez:
http://asiapacific.amarc.org/index.php?p=2_Conference_Asia_Pacific_2010


Déclaration de Bangalore sur la radio communautaire. L’Association Mondiale de Radios Communautaires (AMARC) – Asie Pacifique,


Bangalore, le 23 février 2010.


Le droit au savoir est essentiel pour l’humanité de chacun.
On y croit, c’est pour ça qu’on lutte, on vit et on célèbre.

Nous, les champions et les partisan de la radiodiffusion communautaire dans la région de l’Asie Pacifique, sauvegarderons, on appuierons et on favoriserons la liberté d’opinion et d’expression. C'est garanti par l'article 19 de la déclaration universelle de droits humains.



Nous confirmons que chaque individus a le droit de vivre dignement. Tous les gens ont le droit indéniable d'être informé sur les décisions qui affectent la qualité de leurs vies telles que le droit à la santé, le droit à l'éducation, le droit de travailler, le droit à la liberté d'expression et le droit à l'information.

En reconnaissance de ce principe nous déclarons :
• Notre réaffirmation des principes de l'AMARC dans la réglementation démocratique de la radiodiffusion communautaire (mai 2008) et de la déclaration de Montréal (novembre 2008).



• Nous reconnaissons qu’il y a une de plus en plus grande concentration et incorporation des médias commerciaux, privés et d’état.

• Nous reconnaissons la nécessité de faire des alliances et de construire des réseaux aux niveaux locaux, nationaux, régionaux et internationaux pour la solidarité, le réseautage et l'échange de l'information, des expériences et des technologies.

• Nous reconnaissons le droit à l'accès à l'eau potable et aux aliments, comme droits droits humains universels.

• Noous reconnaissons la diversité dans nos communautés.

• Nous affirmons le besoin immédiat des communautés oppressées et marginalisées de prendre en main le contrôle de médias que leur soient propres.

• Nous affirmons, conjointement avec la déclaration de Bangalore des peuples indigènes, la nécessité immédiate pour le droit de vote des gens indigènes , leur droit à l'autodétermination, leur droit à la terre, aux resources, à gagner leur vie, à la culture et leur droit à vivre dans la dignité.

• Nous affirmons notre solidarité avec ceux qui sont discriminés par rapport à leur orientation sexuelle, incluant la communauté lesbienne, gaie, bisexuelle et transsexuelle et leur droit à vivre dans la dignité et sans peur de persecution.

• Nous affirmons l'égalité de genre et le droit des femmes l’appropriation et le contrôle des médias qui leur soient propres.

• Nous reconnaissons les besoins particuliers des communautés immigrantes, des personnes déplacées internes, des travailleurs immigrants et des réfugiés et leur droit de vivre libres de la discrimination, de la persecution et de la violence.

• Nous reconnaissons l'impact disproportionné et désastreux du changement climatique (naturel et créé par l'être humain) spécialement chez les gens indigènes, les pauvres, les marginaux, les femmes et les enfants.

• Nous reconnaissons la nécessité pour les radiodiffuseurs communautaires de diffuser des informations d’une manière qui promeut des réponses non—violentes aux confllits et basées sur les valeurs de respect, de la dignité et de la diversité, et qui cherchent à briser les barrières et les stéréotypes.

• Nous affirmons notre condamnation de toutes les formes de violence et législations qui restreignent les droits du citoyenadin, qui créent une ambiance de peur et qui servent des intérêts et des visions extrémistes.

Ayant reconnu ces enjeux et confirmé notre compromis de solidarité avec ceux qui les confreontent, nous réaffirmons la déclaration d'Jakarta de l'AMARC l'Asie - Pacifique, de décembre 2005 et nous continuons notre lutte pour la démocratisation des médias.



C’est dans ce contexte, que nous nous engageons ainsi que nos radios à :
• Mettre le droit des gens à la communication au centre du développement et de venir en aide aux initiatives que favorisent l'accès aux opportunités digitales et technologiques permettant l’expansion de la radiodiffusion communautaire;

• Créer des espaces dans les ondes pour les voix diverses et marginalisées, sans égard aux castes, croyances, race, couleur, genre, sexualité, foi et des différentes capacités ou d'autres différences.

• Défier l'hégémonie des médias commerciaux, privés et de l'état par la promotion des médias qui sont de propriété communautaire et gérés par les communautés comme un outil essentiel dans la préservation de la diversité de voix, cultures, langues et écosystèmes;

• Exiger des gouvernements la mise sur ped de mécanismes de promotion de la liberté de médias, de protection des médias communautaires et de protection de journalistes;

• Travailler pour assurer la sécurité et la souveraineté alimentaire avec ceux dont leur vies et leurs conditions de vie sont menacés par la négation de ces droits humains fondamentaux;

• Développer la collaboration avec les éducateurs afin de mettre sur pied des outils de participation permettant la fourniture des opportunités de formation formelle et non-formelle particulièrement pour les communautés analphabètes;

• Inclure les voix des immigrants, de personnes déplacées internes et des réfugiés dans nos radios communautaires et appuyer la mise sur pied, propriété et gwestion de leur propres radios communautaires;

• Fournir l'information local sur la réduction du risque de désastres;

• Fournir informations locales d’urgence, récupération lors de désastres, reconstruction, rehabilitation et alternatives soutenables ainsi que favoriser la récupération du trauma vecu, et la reaffirmation de la foi devant l’adversité;

• Construire des alliances avec les organisations sociales et les mouvements des droits humains pour renforcer les communautés et le mouvement des radios communautaires;

• Adhérer et exécuter l'article 16 de la déclaration de Nations Unies sur les droits des peuples indigènes qui réaffirme le droit des peuples indigènes à établir leur propre radio communautaire dans leurs langues et l’acc;es sans discrimination aux radios communautaires non indigènes;

• Promouvoir et encourager l'égalité de genre dans nos communautés avec des programmes qui incorporent complètement et appuient les femmes;

• Adhérer et appliquer la politique de genre de l'AMARC élaborée par les membres du RIM de l'AMARC -AP, et ratifiée par le Conseil international de l'AMARC et incorporer l'égalité de genre dans toutes les activités de la radio communautaire; et

• S'opposer à la violence contre les journalistes, et les professionnels de médias, à la législation restrictive ou les intérêts sectaires et travailler pour une atmosphère de paix et de progrès.

Nous, les représentants de la radio communautaire, des groupes de production et d'autres professionnels de médias communautaires de l'Afghanistan, de l'Australie, de la République Populaire de Bangladesh, du Cambodge, du Canada, de Fiji, de la République de l'Inde, de l'Indonésie, du Japon, de la Jordanie, de la République de Kyrgyz, de la RPD du Laos, de la Malaisie, du Mexique, du Népal, de Papua Nouvelle-Guinée, de la République des Philippines, du Sénégal, des Îles Salomon, du Sri Lanka, de la Thaïlande, de Timor Oriental, du Royaume-Uni et des États-Unis d'Amérique, sommes d'accord pour defendre cette déclaration et nous efforcer à implémenter les valeurs et les aspirations qu’elle propose.


Déclaration des peuples indigènes et la déclaration de Bangalore


Nous soulignons l'article 16 de la déclaration de l'ONU sur les droits des peuples indigènes (UNDRIP), qui établit que les peuples indigènes (PI) ont le droit de mettre saur peid leurs propres radios communautaires dans leurs langues et d'accéder sans discvrimination aux radios communautaires non-indigènes.

Les peuples indigènes reconnaissent le besoin d,accéder aux technologies de l’information et des communications pour le développement de la radio communautaire trouver des solutions créatives à la transmission des voix et la participation du PI dans la prise de décision et le traitement des enjeux de développement des PI dans la région de l'Asie Pacifique. Cela est renforcé accentue dans la vision 2007 de l'E-Bario, , créée par 14 organisations de médias indigènes.



Un premier pas vers la réalisation de la déclaration précédente dans le contexte du plan d'action régionale de l'AMARC et dans la déclaration de Bangalore, le groupe de peuples indigènes à Bangalore lors de la Conférence de l'Asie Pacifique du 20-23 février 2010, recommande la création d'un réseau des radiodiffuseurs indigènes de la radio communautaire, en comptant les radiodiffuseurs qui couvrent toutes les aires de forte proportion de PIs de collaborer à l’atteinte de ce qui suit :

• Concientiser et influencer les responsables politiques et les organisations de la société civile sur la liberté d'expression, le droit à l'information et sur la législation de la radio communautaire qui inclut des mesures qui considèrent les intérêts spécifiques et les valeurs des peuple sindigènes en Asie et dans le Pacifique. • La formation des journalistes, radiodiffuseurs praticiens des médias indigènes communautaires, pour la production de reportages sur les enjeux des peuples indig;enes et dans l’apprentissage des TIC et les nouveaux médias.

• Développer la capacité des organisations des peuples indigènes dans la mise sur pied et la pérénnisation des radios communautaires et faciliter les combinaisons et l’intégration avec les autres chaînes de médias communautaires (Internet, plateformes digitales, télévision et de médias populaires traditionnelles, etc.)

• Créer des opportunités pour que les peuples indigènes se coordinent pour l’établissement des « communautés de pratiques » dans les communautés des peuples indigènes (Pis)

• La recherche et la documentation des connaissances traditionneles sont importantes dans la préservation et la conservation des traditions, langues, cultures et gestion de ressources naturels de la communaut. Et sur les format de radiodiffusion pour et dans un contexte de la diversité culturelle.



Dans l’implémentation de la déclaration de Bangalore sur la radio communautaire ainsi que dans l’implementation de la déclaration de l’ONU sur les droits les peuples indigènes (UNDRIP) cette déclaration et les priorités pour l’action, ils seront des instruments pour l’inclusion des peuples indigènes dans la société dans des termes qui leur sont propres et l’autodétermination pour amplifier leurs voix et leur participation dans la prise de décisions.


Réunion annuelle du Conseil Régional de l’Amérique Latine à Buenos Aires


Du jeudi 8 au samedi 10 avril à Buenos Aires a eu lieu la réunion du Conseil Régional de l'AMARC ALC dans le cadre de l’annéee de la dixième Assemblée Mondiale de l’AMARC et des changements importants dans le réseau mondial et régional.



Ces deux thèmes ont été le sujet principal de la réunion qui comptait dans son programme une visite au Passage Dardo Rocha, qui sea le siège de la conférence mondiale que se tiendra en novembre de cette année.

Ils ont été présents dans la réunion la Vice-président de l'AMARC ALC, Maria Pia Matta, la Vice-président du Réseau de Femmes, Argentina Olivas; le Coordinateur Régional, Ernesto Lamas et les représentants subrégionaux: Carlos Aparicio de Mexique, Guillermo Ramos de Centre Amérique, Carlos Rivadeneyra de pays andins; Joao Maleaba de Brésil, Sony Esteus du Caraïbe et la récemment élue Liliana Belforte en représentation du Cône Sud.

Le programme de la réunion comprenait la présentation du rapport de la Vice-président de l'AMARC ALC, Maria Pia Matta, qui a été le point de départ des échanges et réflexions sur le panorama politique latino-américain. Aussi, ils ont présenté les rapports et les planifications des programmes de l’AMARC ALC et les représentations nationales. À la rencontre, Damián Loreti, conseiller juridique de l'AMARC ALC, a parlé sur la Loi de services de communication audiovisuelle de l'Argentine, en plus de se référer aux situations de conflit dans la région, comme la criminalisation de de la radio communautaire. «les membres ont échangé sur le rapport de la deuxième mission en Haïti et du plan d’action en préparation.. Aussi, on a évalué l’état des radios au Chili et les actions entreprises depuis le tremblement de terre.. Un chapitre spécial à été consacré à la planification du rechange d'autorités et de la coordination régionale de l'AMARC en Amérique Latine et Caraïbe.

Les intégrants et les intégrantes du Conseil Régional ont rendu visite au Centre Culturel Passage Dardo Rocha dans la ville de La Plata, qui sera le siège de la 10ème Assemblée et Conférence Mondiale de l'AMARC du 8 au 13 novembre de cette année. Là, ils ont rencontré les autorités locales et ont échangé sur les perspectives de cet événment mondial.


 

7.- Activités en 2010

   

Calendrier des activités à venir


• 3 mai, journée mondiale de la liberté de presse;

• 12 mai, Genève Consultation sur le suivi des lignes du plan d’action du SMSI;

• Du 13 à 15 Mai Garberville, California; Conférence du GRCR;

• 28 mai, seminaire des médias communautaires, Hong Kong;

• Du 9 à 12 Juin 2010, 35 Conférence annuelle de la NFCB à St. Paul, Minnesota;

• 7-11 Juin Conférence du NCRA, Canada, Gabriola Island, British Columbia;

• 22 à 26 Juin, Forum Social des États-Unis, à Detroit, Mi;

• 19-22 Juillet à Johannesburg, Première Conférence de développement des capacités de l’AMARC Afrique (RIF, eau et salubrité/réseaux, Conseil Régional et sur la consultation pour l’AMARC 10;

• 27 Septembre, Conférence en Haïti;

• 4 – 9 Octobre, 9eme conference Our media, Hyderabad, Pakistan;

• 16 Octobre, Campagne de radiodiffusion pour la journée de l’alimentation;

• Du 21 à 24 Octobre, en Hobart, Tasmanie, Australie, Conférence Annuelle de CBAA;

• 12 Octobre Le Forum Social Mondial des migrations à Quito, Ecuador;

• Du 8 à 13 Novembre 2010, Conférence Mondial des radiodiffuseurs communautaires AMARC 10 à Ciudad de la Plata, Provence de Buenos Aires, Argentina;

• Du 23 novembre à 10 décembre 2010, Campagne de radiodiffusion des 16 jours d’activisme contre la violence de genre;

• Du 30 novembre au 10 décembre 2010, COP16, Conférence des Nations Unis sur le changement climatique à Cancun, Mexique

 

8.- Ressources

   

Nouvelles publications dans la section de ressources écrites sur le site de l’AMARC.


Veuillez visiter la section de publications et de ressources, tel que des articles, des manuels et autres sur la radiodiffusion communautaire dans le site Internet de l’AMARC : http://www.amarc.org / Vous pouvez envoyer nouveaux documents au secrétariat international à : secretariat@si.amarc.org ou bien, grâce à la plateforme wiki, vous pouvez ajouter nouveaux documents. http://www.amarc.org

Gouvernance

• Report “An Assessment of the Role of Community Radio in Peacebuilding and Development: Case Studies in Liberia and Sierra Leone” Search for Common Ground, July 2009 – Document en anglais
   – Télécharger le document en PDF =
http://www.sfcg.org/programmes/sierra/pdf/New%20Community%20Radio%20Assessment%20FINAL.pdf

• Informe anual de la Comisión interamericana de derechos humanos 2009, informe de la relatoría especial para la libertad de expresión, Catalina Botero, CIDH, Décembre 2009, 496 pages- Document en espagnol.
   – Télécharger le document en PDF =
http://www.cidh.oas.org/annualrep/2009sp/RELE%20ESP%202009.pdf

Législation

• Livre “Las mordazas invisibles: Nuevas y viejas barreras a la diversidad en la radiodifusión”: Programme de législation de l’AMARC- ALC, Montevideo, Uruguay, 2009, 348 pages– Document en espagnol.
   – Télécharger le document en PDF =
http://legislaciones.amarc.org/mordazas/Libro_LasMordazasInvisibles.pdf

Medias

• Community Radio Organization development guide book- by Raghu Mainali, Yadab Chapagain and Bikram Subba.
CRSC / NEFEJ - Kathmandu, 2009, 292 pages – English.
   – Lire le document en PDF = http://nefej.org/pdf/cr_od_guidebook.pdf

• The State of the News Media 2009 - The Project for Excellence in Journalism, 2009- Document en anglais
   – Lire le document en HTML =
http://www.stateofthemedia.org/2009/index.htm

• Community Radio Performance Assessment System (CR-PAS) - par Raghu Mainali, Yadab Chapagain et Bikram Subba CRSC / NEFEJ - Katmandu, 2009, 87 pages – Document en anglais.
   – Télécharger le document en PDF =
http://www.amarc.org/documents/manuals/crpa_book.pdf

Genre

• 2009 World Survey on the Role of Women in Development – États-Unis, New York, Etats-Unis, 2009, 114 pages – Document en Anglais.
   – Télécharger le document en PDF =
http://www.un.org/womenwatch/daw/public/WorldSurvey2009.pdf

 

9.- L’équipe du secrétariat international

   

Flor Maria Balbin, Assistante administrative
Monica Sahagun, Assistante administrative
Dominique Legendre, Comptable et assistante financière de projet
Marcelo Solervicens, Secrétaire général
Sylvie Gilbert, Accounting Consultant
Ricardo Costa, Consultant de projets
Nick Fillmore, Consultant en développement de projets
Jean-Philippe, Théberge, Consultant en informatique
Armando Navarrete, Consultant en site web


Cher membre, renouvelez votre Membership:


Veuillez payer en ligne sur le site Internet de l’AMARC. Pour l’information sur comment procéder, veuillez contacter votre bureau régional ou bien le sécrétariat international à secretariat@si.amarc.org

À travers le service aux membres, le réseautage et l’implémentation de projets, l’Association mondiale de radiodiffuseurs communautaires (AMARC) réunit plus de 4,000 radios communautaires, fédérations et alliés de radios communautaires en plus de 115 pays. Le principal impact de l’AMARC depuis sa fondation en 1983 a été d’accompagner et d’appuyer l’établissement d’un secteur mondial de la radio communautaire. L’AMARC fait plaidoyer pour le droit à la communication au niveau international, national, local et de quartier et défend et promeut les intérêts du mouvement des radios communautaires à travers la solidarité, le réseautage et la coopération.

Pour de plus amples informations sur l’AMARC, allez à http://www.amarc.org

AMARC © 2010

dgsdfgsdfgsgf