AMARC en Lien, volume 13, numéro 3 et 4 juillet et décembre 2009

Titres:

   

Les radios communautaires dans la gestion des desastres naturels et dans leur prévention

Nouvelles du Forum Social Mondial

Perspectives du réseau international des femmes de l’AMARC

Amplifier les voix des pauvres et des exclus grâce à la Formation, les Campagnes sociales et le développement du réseau des radios communautaires

La lutte pour la reconnaissance de la radio communautaire

Nouvelles du réseau des radios communautaires et ses alliésinternationales.

Ressources

L’équipe du secrétariat internationalt

 

Les radios communautaires dans la gestion des desastres naturels et dans leur prévention

   

La prevention et les réponses aux désastres naturels sont devenus un élément essentiel des stratégies de développement humain. C’est ce qui est devenu très clair en relation aux mechanismes prévention et d’adaptation au rechaufement planétaire lors de la Conference des Nations Unies sur le changement climatique, COP15, à Copenhague du 7 au 18 décembre 2009 et ceci malgré l’absence de leadership des dirigeants mondiaux en arriver à une entente contraignante.

Le tremblement de terre en Haiti le 12 janvier 2010, correspond aux catastrophes naturelles dont la prévention échape encore à la science humaine. En Haiti, plus d’un tiers des 9 millions d’haitiens ont été affectés, d’après les authorités plus de 100,000 sont morts, un nombre difficile à determiner est blessé, d’autres ont tout perdu, en plus, l’infrastructure de communication est détruite, le gouvernement et les structures étatiques sont desorganisées. Ceci est venu nous rappeler l’importance pour les radios communautaires d’inclure dans la gestion des desastres naturels autres que ceux causés par le rechauffement climatique.

Nous savons toutes et tous que toutes les radios jouent un rôle de premier plan lorsqu’il y a des désastres, qu’il soit des radios commerciales, communautaires ou publiques et ceci malgrée leurs angles respectifs de couverture. En Haiti, la plupart des bâtiments des radios communautaires et des organismes de soutien tels que SAKS et REFRAKA dans les zones sinistrées, ont été détruits. Plusieurs radios communautaires ne sont pas en conditions de diffuser et elles ne peuvent pas remplir leur rôle, et ont besoin de soutien technique et conseils.

Les catastrophes naturelles au Salvador, au Pérou, en Indonesie, en Inde, devant le desastre causé par Katrina aux Etats Unis, et ailleurs dans le monde ont montré le rôle de la radio communataire lorsqu’il s’agit de l’information, du soutien psychologique, de la solidarité et de la reconstruction des communautés, dans l’attention des corps et des âmes. Le réseau mondial des radios communautaires de l’AMARC est devant le défi non seulement de contribuer à la solidarité envers le peuple haitien mais également de transférer les expériences dans la gestion des désastres naturels comme les tremblements de terre et l’expertise accumulée par les radios communautaires partout dans le monde.

L’aide de la communauté internationale est en train de s’organiser mais les défis restent énormes, ils le seront encore plus lors de la phase de reconstruction. Les artisans des radios communautaires partout dans le monde ont manifesté leur solidarité, non seulement en appuyant les efforts des organisations d’aide humanitaire mais également envers les praticiens des radios communautaires et leurs familles. Les messages de solidarité et les initiatives d’aide viennent de toutes les regions du réseau des radios communautaires de l’AMARC. Nous sommes tous haitiens et nous vivons dans l’horreur de ce qui est arrivée au peuple haitien.

L’AMARC s’est coordonnée pour développer un plan d’urgence consistant dans la coordination des initiatives solidaires et en mettant sur pied d’une mission d’urgence pour venir en aide technique aux radios, pour dresser le portrait de leur situation et définir les besoins de reconstruction du réseau des radios communautaires haitiennes. Nous travaillons à coordonner les offres de soutien venues d’aussi loin que Japon et de mettre sur pied d’autres missions pour aider à la reconstruction. L’AMARC Amérique latine et Caraïbes travaille également pour assurer le flux d’informations à travers le réseau d’information de Pulsar. Le réseau des femmes s’active pour le soutien spécifique aux femmes haitiennes. Pour suivre les efforts et nous aider à coordonner l’aide visitez: http://www.amarc.org/haiti .

Marcelo Solervicens
Secrétaire général de l’AMARC


Retour en haut

 

Nouvelles du Forum Social Mondial

   

Les membres de l’AMARC ont défini lors de la 9ème conférence mondiale de radios communautaires tenue à Amman, Jordanie en novembre 2006 que le Forum social mondial et les activités des mouvements sociaux que s’y rattachent sont une priorité pour les radios communautaires dans leurs efforts pour renforcer les liens avec les mouvements sociaux.

Le Forum Social Mondial en 2010


En 2010, le Forum Social Mondial fête les 10 ans de son processus de mouvement mondial alternatif.
Il n’y aura pas un seul événement mondial et centralisé. En 2010, le FSM se déroulera d’une manière continue tout au long de l’année, avec des événements et des activités dans diverses parties du monde. Ce sera une année pendant laquelle l’attention du processus du FSM sera particulièrement axée sur le thème de la crise mondiale, comprise dans ses multiples dimensions - économique, alimentaire, environnementale, politiques, sociale, culturelle, de civilisation.

Après la dernière réunion du CI, qui s’est tenue en Octobre à Montréal, le Groupe de Liaison du CI a annoncé les propositions pour connecter les événements du FSM pendant tout le 2010. Entre eux, figurent la création d’une bannière qui devra voyager en rassemblant des messages et les slogans de chaque événement; l’utilisation d’un logo commun ; la production de messages (par écrit, visuel, audiovisuel, artistique, etc.) qui expriment des réponses aux crises, entre autres.

L’objectif du FSM en 2010 est de recueillir des évaluations, des propositions et des expériences des mouvements et organisations sociaux pour faire face aux différentes crises. L’espace de convergence de tout cela sera le Forum Social Mondial Dakar 2011, le prochain événement centralisé du processus FSM.
Pour la liste complète d’événements prochains du FSM dans 2010 veuillez aller:
http://www.forumsocialmundial.org.br/dinamic.php?pagina=eventos%202010%20EN


Le Forum Social Mondial (FSM) à Dakar, Sénégal en 2011


Lors du Conseil international de Rabat, le 6 mai 2009 la décision a été prise d’organiser le FSM 2011 à Dakar, au Sénégal.

Un Séminaire de préparation du FSM Dakar 2011 s’est tenu du 16-18 Novembre 2009 a Dakar après la réunion du Conseil du Forum Social Africain a Dakar du 14-15 novembre 2009.

Le séminaire de préparation a abouti notamment à la mise sur pied d’une Commission d’Information et Communication à laquelle l’AMARC Afrique participe par son Président, Oumar Seck Ndiaye et son Coordonnateur, Alymana Bathily.


 

Perspectives du réseau international des femmes de l’AMARC

   

Le Réseau international des femmes de l’AMARC est une grande assemblée de communicatrices qui travaille à assurer le droit des femmes à communiquer à travers et à l’intérieure du mouvement de radio communautaire. Pour plus d’informations visitez :Le Réseau international des femmes de l’AMARC est une grande assemblée de communicatrices qui travaille à assurer le droit des femmes à communiquer à travers et à l’intérieure du mouvement de radio communautaire. Pour plus d’informations visitez : http://www.win.amarc.org


Les radios communautaires exigent de mettre fin à la violence contre les femmes!


De 25 novembre au 10 décembre, le réseau international des femmes de l’Association mondiale des radiodiffuseurs communautaire (AMARC-RIF) a participé activement dans les 16 jours d’activisme contre la violence faite aux femmes avec une campagne de radiodiffusion sur l’Internet qui vise à honorer les groupes et les individus qui se sont engagés à apporter la campagne de la Violence contre les femmes (VCF) à l’avant scène globale, à encourager chacun dans leurs diverses capacités d’agir pour éliminer la VCF, et demander de rendre des comptes pour toutes les promesses faites pour l’élimination de la VCF. Le thème de cette année pour la campagne internationale de l’AMARC RIF a été «S’engager- Agir- Demander: Nous POUVONS mettre fin à la violence contre les femmes!». Les documents audio de la campagne et autres informations sont disponibles sur l’Internet à l’adresse suivante : http://www.amarc.org/16jours.

La campagne internationale de 16 jours de l’AMARC RIF a été diffusée en anglais, français, espagnol et autre langues locales. Nous vous invitons cha- leureusement à participer à la quatrième campagne de 16 jours de l’AMARC RIF en 2010!


Lancement de la radio communautaire de SEWA à Manipur, Inde


L’association de femmes travailleuses autonomes (SEWA) on lancé le 26 novembre 2009 leur propre radio communautaire, la 49ième radio communautaire de l’Inde. La radio diffuse depuis SEWA centre rural de formation dans le village de Manipur, Sanand Taluka, Gujarat. En avril 2005, SEWA a lancé sa première émission de radio communautaire, intitulé Rudi no Radio (La radio de Rudi), une émission hebdomadaire de 15 minutes produite et diffusée par de employés de SEWA pour un auditoire local à travers Akashvani India’s National Radio. Cette initiative est entièrement administrée par des femmes. SEWA peut être contactée à sewaacdy@youtele.com
AMARC Asie Pacifique envoie ses meilleurs souhaits à SEWA Community Radio pour le lancement de la première radio composée uniquement par des femmes en Inde. AMARC a contribué en capacitant cette équipe et a récemment conclu un deuxième programme de formation avancée sur la production radiophonique et l’administration de radio communautaire, en août 2009.


La conférence Making Airwaves for Peace à Bangalore, India


Isis International en partenariat avec l’AMARC Asie pacifique, tiendra le séminaire “Women making Airwaves for Peace” du 13 au 18 octobre à Bangalore, Inde, immédiatement avant la 2ème Conférence de l’AMARC Asie Pacifique. Cette radio séminaire pour femmes productrices portera sur la radio communautaire et la construction de la paix, le changement climatique et la gestion des désastres, et réunira environ 30 femmes productrices de la radio communautaire de l’Asie du Sud et Central. Le séminaire renforcera les capacités des participantes au niveau de la radio production et de l’édition radiophonique numérique. Il renforcera également las techniques d’entrevue, la radiodiffusion féministe et beaucoup plus.

 

Amplifier les voix des pauvres et des exclus grâce à la Formation, les Campagnes sociales et le développement du réseau des radios communautaires

   

L’AMARC au COP15 : l’empouvoirement citoyen contre le changement climatique


La COP15, la Convention cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (UNFCCC) tenue à Copenhague du 8 au 17 décembre a été suivie par des citoyens préoccupés partout dans le monde et l’entente final pour maintenir le réchauffement planétaire au dessous de 2 degrés Celsius et les intentions de venir en aide aux populations les plus affectés par le changement climatique, était un petit pas dans la bonne direction. Cependant, elle est loin de répondre aux attentes de remplacer le protocole de Kyoto en 2012 ou de répondre aux données scientifiques que confirme l’accélération du réchauffement planétaire.

La Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques à Copenhague (COP-15) n’a pas été le tournant dans le combat pour empêcher le désastre de climat. En absence d’un accord légalement obligatoire, la lutte contre le changement climatique et le soutien effective à l’adaptation des populations les plus affectées, continueront mais non seulement au niveau des gouvernements ou des institutions multilatérales, mais également de l’empouvoirement des citoyens et des communautés locales, car elles souffriront le plus les effets du changement climatique. Les radios communautaires partout dans le monde son appelés à jouer un rôle important en faisant entendre les voix des communautés locales et de la société civile. Pour plus d’information sur le COP-15, visitez:
http://www.amarc.org/index.php?p=AMARC_cop15_2009_FR&l=FR

Une délégation de 12 journalistes du réseau de l’Association mondiale des radiodiffuseurs communautaires (AMARC) de l’Afrique, de l’Asie Pacifique, de l’Amérique latine et les Caraïbes (Agence de nouvelles Pulsar), de l’Amérique du Nord et de l’Europe, ont participé dans les débats de la société civile, ils ont mis en valeur à travers de l’Internet les voix de la société civile, ont couvert les débats et les négociations entre représentants des gouvernements ainsi que les activités ténues lors de la 15ème Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques (COP-15) à Copenhague, Danemark du 7 au 18 décembre.

Les journalistes du réseau de radios communautaires de l’AMARC ont couvert le COP-15 en plusieurs langues et ayant recours à plusieurs formats journalistiques. La couverture informe sur les activités des organisations de la société civile et leurs débats dans le forum social, sur une grande variété d’activités citoyennes et des ONGs; elle informe également sur les positions des représentants gouvernementaux, leurs séances de négociation et documents; elle met en relief également, au niveau international, les productions radiophoniques locales des radios communautaires sur le changement climatique et les perspectives des femmes. Les transmissions sur l’Internet ont été reprises par plusieurs radios communautaires locales dans les régions. La balado-diffusion en français, anglais, espagnol, portugais, bahasa indonésien, langue dioula et l’italien, entre autres, sont disponibles dans le site COP-15 de l’AMARC à
: http://www.amarc.org/index.php?p=AMARC_cop15_2009_podcast


INDONÉSIE: Gérer les désastres locaux utilisant la radio communautaire


Combine Resources Institution (CRI), l’Indonésie et l’association Mondiale des Radios Communautires (AMARC) – Japan Working Group, avec l’appuis financier de The Ford Foundation-Indonésie en collaboration avec Japan International Corporation Agency Hyogo (JICA Hyogo), Disaster Reduction Learning Centre (DRLC). Ont organisé deux ateliers sur les désastres locaux utilisant la radio communautaire à Java Central, Indonésie.

Le premier atelier s’est tenu les 2 et 3 août 2009 à Timbulharjo, Yogyakarta. Ce village a été frappé par un puissant tremblement de terre en mai 2006 qui a provoqué 300 morts. Le deuxième les 4 et 5 août 2009 à Sidorejo, Klaten, Java Central au pied du fameux volcan du Mont Merapi et qui fait face au risque d’une éruption volcanique et d’éboulements. Chaque atelier à compté plus de 40 représentants de radios communautaires locales, des représentants des gouvernements locaux et nationaux, ONG, JICA Indonesia et des grands médias de masse. Les Ateliers faisaient partie d’un projet pilote visant à conscientiser à la réduction des risques de désastres utilisant les radios communautaires implantés par CRI, AMARC et Japan Working Group avec le support de JICA Hyogo/DRLC de juin 2009 à Janvier 2010.

Par Jun’ichi Hibino, AMARC Japon

Voir le bulletin d’information de l’Asie Pacifique pour plus d’expériences sur la gestion des désastres http://asiapacific.amarc.org/


L’AMARC a fait la couverture de la journée mondiale de l’alimentation en mettant l’accent sur la sécurité alimentaire en temps de crise


Ce fût dans la Déclaration universelle des droits humains de 1948, que le droit à l’alimentation a été reconnu pour la première fois en tant que droit de la personne. Ce droit a été incorporé par la suite dans la Convention international des droits économiques, sociaux et culturels (l’article 11) et adopté en 1966 et ratifié par 156 états, qui sont dorénavant tenus de le respecter. Par ailleurs, le Commentaire général 12, du comité des droits économiques, sociaux et culturels (1999) et le guide du droit à l’alimentation adopté par le conseil de la FAO en 2004, a clarifié d’avantage le droit à l’alimentation et fourni des recommandations pratiques sur des actions pour l’appliquer.

Le réseau international de l’association mondiale des radiodiffuseurs communautaires (AMARC), a couvert la journée mondiale de l’alimentation le 16 octobre 2009 avec une radiodiffusion sur l’Internet de 24 heures, en mettant l’accent sur le thème de cette année: Atteindre la sécurité alimentaire en temps de crise.

La campagne de couverture de la journée mondiale de l’alimentation 2009 a réuni les radios communautaires de cinq continents dans la lutte commune contre la pauvreté, pour la sécurité alimentaire dans un contexte de crise. La campagne sert de motivation aux radios communautaires pour l’utilisation de l’Internet pour amplifier d’avantage les voix des exclus et des marginalisés. L’AMARC a couvert également les activités de l’Organisation de l’agriculture et de l’alimentation (FAO) pour la journée mondiale de l’alimentation dans le cadre de l’entente stratégique entre les deux organisations pour renforcer leur collaboration au niveau des radios rurales et contribuer au développement rural et à la gestion des ressources naturelles. La radiodiffusion sur Internet pour la journée mondiale de l’alimentation a compté avec des programmes en anglais, français, espagnol, népali, italien, portugais ainsi que d’autres langues.

Les programmes radio ont été diffusés par les radios communautaires et en podcast sur le site Internet de la journée mondiale de l’alimentation de l’AMARC. Pour écouter les programmes et archives visitez
http://www.amarc.org/index.php?p=Journee_mondiale_pour_alimentation_2009


AMARC à la Conférence internationale sur les médias et le Changement climatique


Steve Buckley, président de l’Association mondiale de radiodiffuseurs communautaires (AMARC) a participé à la « Conférence internationale de l’UNESCO : Radio- Télévision et Changement climatique: une mission de service public ». Il a appelée à la reconnaissance accrue du rôle vital de la communication communautaire et local dans l’adaptation au changement climatique.

La conférence a entendu comment la radio communautaire a joué un rôle important de surveillance et de mise en garde sur les effets du changement climatique et de la dégradation environnementale. « Les medias de communication communautaires sont les journalistes de première ligne contre le changement climatique » a dit Steve Buckley, Président de l’AMARC, à la Conférence « On a besoin d’une plus grande emphase aux journalistes de première ligne en construisant la capacité locale, à travers l’accès à l’entraînement et à l’équipement pour soutenir son travail vital, renforçant un réseau pour l’échange et la distribution de la connaissance, et en l’aidant à porter ses histoires aux auditions globales. »

La Conférence Internationale a été tenue le 4 et 5 septembre, à Paris, en France, et a été organisée pour l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO), le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE), des associations régionales de radiodiffusion de même que l’AMARC et autres organismes internationales de radiodiffusion, afin de faire le point sur le rôle cruciale et le potentiel des medias pour accroître la sensibilité du public sur les défis que représente le changement climatique.

AMARC travaille au développement des capacités de la radio communautaire pour renforcer les voix des communatés locales pour faire face au défi du changement climatique. Dans les Amériques, en travaillant avec le Programme des Nations Unies pour l’environnement afin de produire des matériels de formation sur la sensibilisation à l’environnement pour les journalistes des radios communautaires. En Afrique, en travaillant avec l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture dans des campagnes pour promouvoir la sécurité alimentaire. En Asie, l’AMARC travaille au renforcement du système de réponse aux catastrophes par les radiodiffuseurs communautaires dans les communautés locales. L’AMARC amènera en Décembre 2009, une équipe des journalistes des medias communautaires à la Convention cadre des Nations Unies sur les changements climatiques à Copenhague (COP-15) afin de renforcer la sensibilisation du public sur ce défi mondial.
Pour procédures et information additionnelle visitez: http://portal.unesco.org/ci/fr/ev.php-URL_ID=28475&URL_DO=DO_TOPIC&URL_SECTION=201.html
Pour lire la présentation complète du président de l’AMARC, Steve Buckley, (en anglais) visitez: http://amarcwiki.amarc.org/upload/documents/SBuckley-unesco-climate-final.pdf

 

La lutte pour la reconnaissance de la radio communautaire.

   

Lors de l’Assemblée mondiale AMARC 9, la non reconnaissance légale des radios communautaires a été considérés l’obstacle majeur au déve-loppement de la radio communautaire comme tiers secteur de la communication.


La représentante des femmes pour l’Afrique du Sud et de l’Est, a participé à la réunion des alliés de l’IMS


Benilde Nhalevilo, représentante des femmes pour l’Afrique du Sud et de l’Est, a participé la première semaine d’octobre 2009, à Harare, Zimbabwe à la réunion des alliés organisée par l’International Media Support (IMS). Dans cette réunion Benilde Nhalevilo a partagé l’expérience du Mozambique dans le médias pour le développement. Benilde Nhalevilo a également visité des projets de radio communautaire au Zimbabwe et a exprimé la solidarité et l’appui des membres de l’AMARC Afrique.

L’IMS est une organisation sans but lucratifs qui travaille avec des médias dans les pays affectés par des conflits armés, l’insécurité et la transition politique. L’IMS et ses projets sont financés par notamment le Ministère des Affaires Étrangères danois. Pour plus d’informations visitez:

: http://www.i-m-s.dk/


Coup d’état au Honduras:
L’AMARC condamne les violations de la liberté d’expression au Honduras


Les radios communautaires honduriennes réunis sous AMARC Honduras ont condamné la fermeture des medias par le gouvernement « de facto » après le coup d’état dans ce pays le 28 Juin 2009. Les radios expriment dans une déclaration : « Nous condamnons et rejetons la violation systématique qui est faite contre la liberté d’expression de tous les honduriens et honduriennes.

Nous condamnons énergiquement la persécution dont font objet les medias communautaires et alternatifs qui de leurs tribune contribuent à la conscience citoyenne.
Nous condamnons énergiquement la suspension des garanties constitutionnelles décidée par le gouvernement de facto pour une période de 45 jours, en nous plaçant dans un état de siège déguisé.
Nous exigeons le respect du droit à la liberté d’expression de tous le honduriens et honduriennes.
Nous exigeons le respect sans restriction des droits et des garanties constitutionnelles de tous les honduriens et honduriennes.

Finalement, nous faisons un appel à la communauté internationale, à l’OEA, à l’ONU, à la société civile et aux organisations de défense de droits humains pour qu’elles se solidarisent avec les medias communautaires et alternatives du Honduras pour que le respect de la liberté d’expression soit rétabli. »


Maria Pía Matta, Présidente de l’AMARC ALC, Frank Larue Raporteur Special de l’ONU ont visité l’Honduras


Du 2 au 5 août, María Pía Matta, dans sa qualité de Présidente de l’AMARC ALC et en représentation de l’Association Latino-américaine d’Organisations de Promotion au Développement (ALOP, avec le Rapporteur spécial pour la liberté d’expression des Nations Unies, Frank La Rue, ont visite l’Honduras pour connaître la situation sociale des médias communautaires et d’autres mouvements sociaux après le coup d’état.

À plus d’un mois du coup d’état civique militaire perpétré au Honduras, où on avait confirmé au moins huit meurtres d’oposants au coup d’état, persécutions, disparitions forcées de personnes, censure des medias et d’autres violations graves et systématiques des droits humains. L’objectif de la mission était d’accompagner et de manifester l’appui aux militants des luttes sociales, en défense de la démocratie et de l’ordre institutionnel, face aux violations des droits humains commises par le gouvernement de facto.

L’agenda de travail pendant ces trois jours au Honduras a inclus des réunions avec les radios et medias communautaires et indépendants pour connaître les conditions dans lesquelles ils effectuent leur travail d’informer en situation dans climat de tension, incertitude, censure et autocensure et avec d’autres organisations et mouvements de la société civile qui vivent les conséquences du coup d’état.

Ces rencontres ont eu lieu à Tegucigalpa, capital hondurienne, avec l’appui local de la Commission d’action sociale Menonita (CAMS) et particulièrement de l’Institut hondurien de développement rural (IHDER) siégée à Tegucigalpa, organisations membres de l’ALOP, et de radio Marcala, station émettrice associée à l’AMARC dans ce pays. AMARC ALC, par les biais de leur Agence Informative Púlsar, et des organisations qui intègrent l’ALOP, a détaillé cette visite pour montrer la situation que traverse le peuple hondurien. Pour plus d’informations visitez : http://www.agenciapulsar.org


L’AMARC a participé à la mission internationale sur la liberté de presse au Honduras


L’association mondiale des radiodiffuseurs communautaires, a participé à la mission internationale d’observation de la liberté d’expression au Honduras du 2 au 7 novembre 2009. La mission organisée par le International Media Support (IMS), Article 19, Reporters Sans Frontières, la Fédération Internationale de Journalistes Free-Voice et d’autres organisations internationales, ont vérifié les conditions et les difficultés auxquelles la liberté d’expression, les journalistes, les médias et les radios communautaires, se trouve confrontée suite au coup d’état du 28 juin 2009.

Représentant l’AMARC, María Pía Matta a visité les radios communautaires, médias et organisations sociales honduriennes pour faire le point sur la situation et explorer l’aide susceptibles d’être aportées par le réseau international de l’AMARC, et d’autres organisations qui oeuvrent à la défense de la liberté d’expression.

Plus de quatre mois du coup d’état au Honduras, la mission internationale répondait à l’inquiétude d’organisations internationales sur liberté d’expression devant les dénonciations D’assassinat d’opposants au coup d’état, persécution, et la disparition forcée de personnes, la censure des médias et d’autres violations graves et systématiques des droits humains. Pour de plus amples informations sur la situation politique au Honduras, des radios communautaires et plus spécifiquement sur la mission internationale, visitez http://www.agenciapulsar.org
y http://www.amarc.org/index.php?p=Honduras_especial&l=ES


Nouvelle loi des medias audiovisuels a été approuvée en Argentine


En Octobre, l’Association Mondiale de Radiodiffuseurs Communautaires en Amérique Latine et les Caraïbes (AMARC ALC) a célébré l’approbation de la Loi des médias audiovisuels en Argentine et a souligné que ces dispositions garantissent la diversité et le pluralisme dans les médias audiovisuels.

L’approbation de la nouvelle Loi des Services de la Communication Audiovisuelle par une vaste majorité de 44 contre 24 votes dans le Sénat Argentin, transforme ce pays en une des principales références de cadre régulateur en vue de limiter la concentration des médias, de promouvoir et garantir la diversité et le pluralisme. La nouvelle loi remplace celle imposée par la dictature militaire en 1980.

Le but de la loi est de réglementer les services de la communication audiovisuelle (comprenant la radio et la TV ouverte), se presentant comme une norme analysée qui incorpore une législation comparative et les recommandations du Système Interaméricain de Droits Humains.

La nouvelle norme promeut la diversité et le pluralisme, de même que la déconcentration de médias et la promotion de la concurrence, tel que recommandé par les organismes internationaux de défense et de promotion de la liberté d’expression. Celle-ci limite le nombre de licences dont peut bénéficier une même personne où une entreprise (au niveau national et dans un même secteur de couverture) et la limitation de la propriété croisée des médias, ce qui respecte les meilleures pratiques internationales. La norme promeut la diversité de contenus nationaux et locaux, en incluant des exigences minimales de production propre, locale et nationale et diminue la centralisation et l’uniformité de la programmation présentée par quelques groupes des affaires depuis la capitale et transmises au reste du pays.

La nouvelle législation reconnait trois secteurs : étatique, commercial et sans but lucratif, garantissant l 33% des fréquences aux organismes privés sans but lucratif. La législation accepte la définition proposée par l’AMARC et d’autres organisations dans les “ Principes pour un cadre législatif démocratique de la radio et la télévision communautaire”, les considérant “des acteurs privés qui ont un objectif social et se caractérisent comme étant des organisations sociales sans but lucratif. Leur caractéristique fondamentale est la participation de la communauté autant dans la propriété du média, que dans la programmation, l’administration, les opérations, le financement et l’évaluation. Il s’agit de médias indépendants et non gouvernementaux. Dans aucun cas on les considérera comme un service de couverture géographique limité”.


”Frontière nord – migrants et médias” Hermosillo (Sonora) Mexique


Chaque année, des milliers de migrants qui traversent le térritoire mexicain pour aller aux États-Unis subissent de la violence aux mains des autorités gouvernmentales, groupes de délinquants et citoyens. Cette violence est en partie la consequence de la criminalisation des migrants, renforcée par les médias dont les politiques éditoriales et les pratiques journalistiques ne respectent pas les droits humains.

C’est dans ce cadre que l’Association Mondiale des Radiodiffuseurs Communautaires au Mexique (AMARC Mexique), le Centro de Competencia en Comunicación para América Latina, de la Fondation Friedrich Ebert, l’Instituto para la Seguridad y la Democracia, AC (Insyde), Radio Bemba et le Colegio de Sonora sont en train de mettre en exécution à Hermosillo, le programme «Frontera Norte - Migrantes y Medios».

Cet évenement a eu lieu les 11 et 12 décembre. Le programme consistait en une table–ronde «Migrantes y medios noticiosos. La criminalización de los migrantes en las noticias», avec la participation des journalistes et des académiciens. Ainsi q’une page web sur la migration et les radios communautaires d’AMARC Mexique et un atelier sous forme de séminaire sous le titre «modèle méthodologique pour un livre de style journalistique axé sur le traitement des nouvelles sur les migrants dans les radios communautaires».


La coalition des radios communautaires du Nigéria plaide de nouveau pour un changement de politique


Une conférence de trois jours sur le thème « renforcement de plaidoyer, réactivation de la capacitation de la communauté », a été organisée par la coalition des radios communautaires et a eu lieu à Makurdi, Benue State du 23 au 25 novembre 2009 avec l’aide du Foreign and Commonwealth Office, Royaume-Uni. La conférence a compté avec la participation de ministres, départements et autres agences gouvernementales, leaders traditionnels, l’académie, l’Union Nigérienne des Journalistes, les radios de campus , des association de développement communautaire, plaidoyers de radio communautaire et développement de communication, partenaires de développement, l’Association Mondiale des Radio Communautaires (AMARC) par le président Steve Buckley ainsi que d’autres parties prenantes.

Les participants on été unanimes, la radio communautaire, à cause de l’instantanéité, simplicité, accessibilité, sa nature participative, l’utilisation de langues indigènes, la possibilité d’atteindre un grand public, est le média le plus efficace de communication de masse pour le développement de projets comme les Objectifs du millénaire (MDGs), Vision 2020 et l’agenda des sept points du gouvernement fédéral.

Les participants saluent les actions positives du gouvernement fédéral et de la National Broadcasting Commission (NBC) dans l’attribution de 27 permis à des radios communautaires et de campus ainsi que pour les avancées faites pour instituer une politique d’encadrement appropriée dans le secteur des communications.

Cependant, ils ont exprimé des sérieuses préoccupations sur la lenteur du processus avec lequel le gouvernement fédéral permet aux communautés sur le terrain de posséder leur propres structures de radios communautaires. Qui par conséquent, réduisent l’impact de la diffusion communautaire, et leur utilisation pour accélérer la sécurité alimentaire, la prévention de conflits , la construction de la paix, et la revitalisation de valeurs culturelles qui sont nécessaires à l’établissement d’une société démocratique vigoureuse.

La conférence a donc invité le gouvernement fédéral à agir rapidement afin d’adopter l’ébauche de la politique nationale de communication qui est déjà passée en revue ainsi que la politique de la radio communautaire, et à donner des directives appropriées à l’organisme de régulation afin d’attribuer des licences aux stations de radios communautaires sur le terrain.

Ils ont aussi appellé la National Broadcasting Commission (NBC) à présenter un cadre dans lequel les autres types de radios communautaires peuvent operer comme ils ont fait dans le cas des radios de campus, exerçant leur pouvoirs sous la section 20 du National Broadcasting Commission ACT No. 38 de 1992, amandé pour que les règlements prennent effet dans les disposition de l’ACT.

De plus ils ont invité le NBC à s’assurer que les permis pour les radios soient émis exempt de coûts financiers et que des frais minimaux soeint exigés pour le renouvellement ainsi que pour les autres questions administratives et de publication de directives sur des spécifications et standardisations des équipements pour les radios communautaires en conformité avec spécifications du manuel de formation de l’UNESCO et les principes établis par l’Association Mondiale des Radios Communautaires (AMARC). La conférence a aussi fait appel aux membres des radios communautaires nigériennes pour intensifier la sensibilisation et la mobilisation dans les communautés pour le développement des radios communautaires à travers le pays.
Par Akin Akingbulu, Coordonnateur de la Coalition des Radios Communautaires du Nigéria.

Par Akin Akingbulu, Coordonnateur de la Coalition des Radios Communautaires du Nigéria.

 

Nouvelles du réseau des radios communautaires et ses alliés

   

La conférence mondiale AMARC 10 se tiendra à La Plata, Argentine en 2010


Le conseil d’administration international de l’AMARC a annoncé que la dixième conférence mondiale des radiodiffuseurs communautaires se tiendra du 8 au 13 novembre 2010, à Ciudad de la Plata, province de Buenos Aires, Argentine.

Les radios communautaires se sont regroupées dans l’AMARC Argentine pour être les hôtes de la première conférence mondiale des radiodiffuseurs communautaires à se ténir en Amérique du Sud, où les radios communautaires sont nés il y a 60 ans. De plus, l’Argentine et la région d’Amérique latine et Caraïbes vivent des changements sociaux importants et ils ont une riche expérience accumulée à partager avec le mouvement mondial des radios communautaires.

Plus de 400 praticiens et responsables des radios communautaires de plus de 110 pays et de toutes les régions du mouvement de la radio communautaire se réuniront à la conférence mondiale AMARC 10 du 8 au 13 Novembre, afin, entre autres, d’améliorer les pratiques des medias communautaires; de faciliter une reconnaissance accrue des radios communautaires dans les legislations nationales; de definir des modèles de recherche-action et de mentorat pour l’échange de savoirs et de la formation; le développement des contenu qui favorisent le changement social; de faciliter l’inclusion des femmes et l’empouvoirement des communautés par l’appropriation des médias communataires dans l’atteinte de la justice sociale, le développement humain durable, participatif et démocratique.

Allez à http://amarc10.amarc.org


2ème Conférence régionale de l’AMARC Asie Pacifique : Radio communautaire pour le développement soutenable et la bonne gouvernance


La deuxième conférence régionale de l’AMARC Asie Pacifique: « Radio communautaire pour le développement soutenable et la bonne gouvernance » sera tenue du 20 au 23 février, 2010.

La conférence régionale rassemblera les radiodiffuseurs communautaires, activistes, universitaires, décideurs politiques, et représentants de la communauté des alliés et gouvernements pour réviser le développement de la radiodiffusion communautaire dans la région de l’Asie Pacifique durant les 4 dernières années. Elle jettera un coup d’oeil soigneux aux domaines thématiques du développement tels que l’empouvoirement des femmes dans le secteur de RC, le rôle de la radiodiffusion communautaire dans la construction de la paix, son rôle face aux changement climatiques et à une époque de catastrophes naturelles aussi bien qu’à la réduction de la pauvreté. La conférence régionale abordera les issues pratiques telles que le développement des capacités dans les secteurs de la gestion, la technologie, la participation communautaire, la surveillance et l’évaluation, la convergence des médias, et la gestion de réseaux et la conférence recommandera les étapes qui assureront le chemin à suivre pour le secteur de la RC dans la région.

La 2ème Assemblée régionale de l’Asie Pacifique de l’AMARC sera tenue en même temps que la Conférence régionale. Le chapitre de l’Asie Pacifique à l’AMARC a été formellement établi en novembre 2005 par la 1ère Assemblée régionale des membres de l’AMARC dans la région de l’Asie Pacifique pendant la conférence régionale tenue à Jakarta, Indonésie
La conférence a fourni une poussée significative à la radio communautaire dans la région en rassemblant des praticiens de l’Asie Pacifique et de même qu’avec des experts et des représentants des ONG du secteur des droits à la communication et des médias communautaires.

L’assemblée régionale de Jakarta a élu un conseil régional et a décidée un plan d’action qui vise à développer le secteur de la radiodiffusion communautaire dans la région. Selon les statuts de l’AMARC Asie Pacifique, l’assemblée régionale se tient à tous les quatre ans.

Pour plus d’informations visitez
http://asiapacific.amarc.org/index.php?p=2_Conference_Asia_Pacific_2010


Tribute à Thomas Kupfer (1964-2009)


Thomas Kupfer un membre fondateur du Community Media Forum Europe (CMFE), est décédé le dimanche 2 août 2009, à l’âge de 45 ans. Thomas a été une figure centrale en aidant les medias communautaires à gagner de la reconnaissance au niveau européen, comprenant récemment d’importantes accomplissements politiques. Il était l’organisateur, motivateur et supporter d’un certain nombre d’événements focaux de médias communautaires au niveau continental en Allemagne, Autriche et à travers l’Europe dans les deux dernières décennies.
Steve Buckley, président de l’AMARC, a dit que « Thomas a apporté une grande contribution à la reconnaissance et au développement des médias communautaire en Europe. Son départ signifie une triste perte pour notre mouvement. Nos pensées sont avec sa famille et amis. »

CMFE a publié un tribute in memoriam à:
http://www.cmfe.eu/index.php?/Support/cmfe-pays-tribute-to-thomas-kupfer.html


CTA Seminar 2009


Les délégués de l’AMARC ont participé à une conférence internationale sur le Rôle des médias dans le développement agricole des pays ACP (Afrique de l’Ouest, du Centre, de l’Est et australe, Caraïbes et Pacifique) à Bruxelles, Belgique entre le 12 et 16 octobre 2009. La conférence a été organisée par Le Centre technique de coopération agricole et rurale ACP/UE (CTA), et ses partenaires. Les objectifs de la conférence internationale étaient: Contribuer à la préparation des stratégies pour augmenter la capacité des médias en ce qui concerne l’accès et la diffusion d’informations sur les questions clés pour le secteur agricole des pays ACP; pour renforcer des liaisons entre les médias et le secteur agricole et ; pour contribuer à l’identification des programmes de soutien des médias.

Plus de 120 experts ont participé à la réunion représentant les acteurs principaux de l’interface médias/agriculture/développement rural/décideurs. CTA prévoit utiliser la conférence pour bâtir sur ces initiatives et contribuer à une amélioration du rôle des médias dans le développement agricole et rural des pays ACP, en travaillant avec les médias pour les médias. Pour plus d’nformations visitez:
http://annualseminar2009.cta.int/fr


Séminaire International : La voix et l’empouvoirement à travers les médias communautaires :


Échanges sur les bonnes pratiques et stratégies pour le développement le 11 novembre, 2009


L’AMARC et l’UNESCO, en collaboration avec d’autres partenaires, ont tenu au siège social de l’UNESCO à Paris,le 11 novembre 2009 le séminaire international : « La voix et l’empouvoirement à travers les médias communautaires: échanges sur les bonnes pratiques et stratégies pour le développement ».
Ce séminaire a réuni des journalistes des radios communautaires et les partenaires pour analyser les meilleures expériences des la radios communautaires de l’AMARC sur l’impact social de la radio communautaire et pour créer des environnements propices pour le développement de la radio communautaire; sur la réduction de la pauvreté, gestion des désastres et prévention, entre autres thèmes. Les participants ont partagé aussi des perspectives communes d’action pour atteindre un développement humain équitable, soutenable, démocratique et participatif.

Pour plus des informations et pour écouter la présentation veuillez visite:
http://www.amarc.org/index.php?p=paris_seminaire_2009

Modèles de politique, de législation et de réglementation : Des succès dans la reconnaissance de la radio communautaire


Des exemples de bonnes pratiques en matière de radiodiffusion communautaire ont été partagées par les participants venant de tous les continents et régions du monde. L’exemple français a été le plus frappant en ce qui concerne le financement public des radios communautaires.

Selon Emmanuel Boutterin, président du Syndicat National des Radios Libres (SNRL), l’article 29 de la loi de 1986 relative à la liberté de communication, devenue loi constitutionnelle sur la liberté d’expression, impose à l’autorité de régulation le CSA (Conseil Supérieur de l’Audiovisuel) d’octroyer gratuitement 25% de l’espace hertzien aux radios sous statut associatif ou communautaire.

Cette même loi prévoit pour les radios communautaires le versement d’une aide publique financée par une taxe assise sur les sommes payées par les annonceurs pour la diffusion de leurs messages publicitaires par voie de radiodiffusion et de télévision.

En d’autres termes, le Fonds de Soutien à l’Expression Radiophonique (FSER) comme on l’appelle en France est financé par les radios commerciales. Il est doté de 30 millions d’euros.
« Une bonne législation est donc importante pour le développement de la radio communautaire », conclut M. Boutterin du SNRL.

D’autres exemples ont été partagés sur les bonnes pratiques de pérennisation et de croissance des médias communautaires par les représentants du Chili, de la Jordanie et du Sénégal tandis que les représentants d’Haïti, de l’Italie, du Mali et des États-Unis sont intervenus sur l’impact social de la radio communautaire dans leur pays respectifs.

« La voix et l’accès à l’information sont des facteurs vitaux dans la lutte contre la pauvreté. La contribution des médias communautaires et de la radio communautaire, a été particulièrement efficace lorsqu’il s’agit d’atteindre les communautés les plus pauvres du monde et pour faciliter l’inclusion des exclus. Les médias communautaires mettent les outils de communication à la portée des gens, leur permettant ainsi d’accéder à leurs propres moyens d’expression culturelle, de dialogue, d’accès à l’information et aux nouvelles tout en créant les conditions pour le processus de communication nécessaire à l’atteinte du développement soutenable, démocratique et participatif », déclare Steve Buckley, Président de l’AMARC.

Par Sony Esteus, Directeur de l’Association SAKS (Sosyete Animasyon ak Kominikasyon Sosyal), et Vice-President de l’AMARC
.
Les participants ont produit la déclaration finale suivante:

Déclaration finale du Séminaire international des medias communautaires AMARC/UNESCO, Paris, le 11 novembre 2009


La conférence internationale « La voix et l’empouvoirement à travers les médias communautaires:
Échanges sur les bonnes pratiques et stratégies pour le développement » tenue à l'UNESCO, Paris le 11 novembre 2009 et organisées conjointement par l'Association mondiale des radiodiffuseurs communautaires (AMARC) et l'UNESCO, ont rassemblé des experts en matière de médias communautaires, des partenaires de développement et des alliés. La conférence a discuté des exemples de cas de bonnes pratiques au niveau des politiques, de la législation et de la régulation, de la pérénnisation et de la croissance, et sur l’impac social des médias communautaires. Les participants ont analysé certaines des caractéristiques principales de bonnes pratiques dans des médias communautaires et ont évalué certains des défis de la transférabilité, de l'adaptabilité et de l'évolution des médias communautauires afin d'informer des stratégies communes pour le développement du secteur.

Les participants ont conclus:

Sur des modèles de politiques, de législation et de régulation des médias communautaires
Nous applaudissons les pays, tels que la France et l'Afrique du Sud, qui ont démontré un engagement soutenu aux politiques, aux lois et au règlement qui positivement permettent et soutiennent la radiodiffusion communautaire. Les caractéristiques de telles politiques incluent les organismes indépendants de régulation, la reconnaissance de la radiodiffusion communautaire comme secteur distinct, la réservation des fréquences, les mécanismes de financement publics et la gratuité des licence de radiodiffusion. Nous reconnaissons, dans l'expérience des pays tels que le Népal, l'importance d;avoir des associations nationales efficaces dans la défense et plaidoyer pour le secteur de radiodiffusion communautaire et le besoin de fournir de la solidarité et l'appui aux coalitions de la société civile pour la réforme de médias, aussi comme pour documenter et apprendre des expériences réussies de plaidoyer au niveau du pays.

Nous reconnaissons l'importance stratégique des mécanismes internationaux tels que le mécanisme d’examen périodique universel du Conseil de droits de l'homme, celui de la Commission interaméricaine des droits humains et des mandats spéciaux internationaux sur la liberté d'expression, qui peuvent contribuer au développement et à la promotion des normes internationales et à l'adoption de bonnes pratiques au niveau des politiques, de la législation et de la régulation concernant les médias communautaires.

Sur les bonnes pratiques de pérénnisation et de croissance
Nous constatons que les medias communautaires opèrent souvent dans des conditions de précarité économique devenant par la même occasion vulnérables aux pressions économiques externes et doivent également confronter des pressions économiques externes qui peuvent provenir des changements politiques et sociaux, et de défis posés par les développement technologiques.

Néanmoins nous reconnaissons que la soutenabilité des médias communautaires est souvent liée à la force de leur base sociale et participation communautaire par des mécanismes tels que des contributions de la communauté, clubs des écouteurs, journalistes citoyens et engagement avec les plus larges mouvements sociaux et des organismes de la société civile.

Nous reconnaissons également que des nouveaux médias et des technologies des communications offrent des opportunités importantes pour que les médias communautaires développent leurs mécanismes pour la participation et l'interaction, par exemple en utilisant le téléphone portable, aussi bien que permettre aux médias communautaires de s'établir sur des plates-formes, telles que l'Internet, qui ne font pas face aux mêmes restrictions que les services de communications qui dépendent de l'accès au spectre de la radiofréquence.

Sur la réalisation de l’impact social

- Nous notons que l’impact social des médias communautaires est étendu comprenant le combat de la pauvreté et la contribution au développement soutenable, défense des droits de l’homme, promouvoir les droits des femmes et l’égalité de genre, favoriser la résolution pacifique des conflits, faire campagne pour la responsabilité locale, aider à la mitigation des désastres et le secours, entre autres.

- Nous notons que le secteur de médias communautaires est étroitement associé aux mouvements pour le changement social et son impact d’efficacité souvent contingent dans des contextes politiques plus larges et nous affirmons l’importance de défendre la liberté et l’indépendance des médias de communautaires de l’influence des gouvernements, des parties politiques et des intérêts commerciaux.

Nous faisons appel à AMARC:

- pour continuer à favoriser et défendre le secteur de médias communautaires comprenant le soutien au niveau de pays et le plaidoyer international, réseautage et partage des connaissances, capacité installée et formation, recherche et analyse;

Nous faisons appel à l’UNESCO

- pour continuer, comme priorité, de fournir l’appui direct aux initiatives innovatrices et stratégiques de médias communautaires, à travers l’IPDC et d’autres mécanismes, et à documenter et partager la connaissance sur les bons practices des médias communautaires;

Nous faisons appel aux États membres de l’UNESCO

- pour assurer des politiques, lois, règlements et facilitation des mécanismes de financement et soutien au développement des médias communautaires en incluant la transition aux plates-formes numériques;

Nous faisons appel aux associés de développement et aux alliés de médias communautaires

- pour encourager et faciliter la contribution des médias communautaires au développement soutenable et des droits de l’homme par l’association et l’appui stratégique.


Rencontre annuelle du conseil d’administration international de l’AMARC


La rencontre 2009 du conseil d’administration international de l’AMARC s’est tenue a Paris du 12 au 14 novembre et a réuni les membres du conseil d’administration de l’Europe, États Unis, Amérique latine, Asie et Afrique avec les membres de l’exécutif et coordonnateurs.

Le conseil a discuté des directions stratégiques des principales activités mises en place dans toutes les régions de l’AMARC, plaidoyers et définitions de politiques, comité de capacitation et partage des connaissances, échange de contenu et campagnes internationales, revue aussi les campagnes de financement et la gestion des stratégies de fonds et analisé le membership.

Il a aussi examiné le rapport financier pour 2009 et adopté le budget de l’AMARC et le plan d’action pour 2010 ainsi que les lignes stratégiques du plan d’action 2011 – 2014.


Le réseau des radios communautaires au Ghana a 10 ans


Le Ghana Community Radio Network (GCRN) a célébre son dixième anniversaire dans une rencontre festive le 9 décembre 2009 à Radio Ada. Les participants les plus importants étaient les représentants de chacune des neuf radios communautaires du GCRN et station de radio émergeantes. En plus des iniciatives lancées par le GCRN sous un project en partenariat avec le Fond Dèmocratie de Nations Unies (UNDEF).

Pris dans leur ensemble, les représentants parvenaient de diférents groupes de communautées jeunes, fermiers et pêcheurs, artisans, foncionaires du gouvernement local et autoritées traditionelles. Ils ont joint les représentants des bénévoles des stations avec des organizations partenaires de la société civile facilitant le lancement de l’initiative. La célébration incluait une exposition photo par chaque diffuseur et le processus participatif pour le design de nouvelles iniciatives. Il y avait le rôle joué dans l’histoire du GCRN, cette histoire a des racines profondes d’angagement dans la communauté mais entravés par des contraites réglementaires. Après des années de plaidoyer, et meme suite à la formation du GCRN, l’histoire semble prête â changer.

Des déclarations importantes considerées irrévocables on été faites lors du colloque anniversaire. Indépen-damment des représentants de la communauté et bénévoles des stations, ils y avait de nombreux témoins des plaidoyers fait par les représentants du gouvernement et de la société civile qui on été vehiculés par les medias. Les principales déclarations on été : (i)Accélération de l’attribution des permis pour permettre a chacun des 168 districts d’être servis par leur propre radio, (ii) une loi sur la radiodiffusion qui sera décrété en début 2010 et qui reconnaît la radio communautaires comme un tiers diffuseur pour laquelle le GCRN a été un jouer clef.

Des déclarations on été faites par le porte parole du ministère des communications en son nom et en représentant du Vice-président du Ghana. Corroborant les représentants des organizations reglamentaires, le National Media Commission ainsi que le National Communication Authority et le ministère de l’éducation. Le directeur de l’école d’études en communications de l’Université du Ghana était le président du colloque.
Le thème de l’anniversaire était : « Le droit de communiquer à travers la radio communautaire ». Ce droit sera bientôt un peu mieux réalité!

Par Wilna Quarmyne, Coordonatrice du Ghana Community Radio Network.


L’assemblée nationale de l’AMARC Haití


L’assemblée nationales de l’AMARC Haiti s’est tenue le 4 juillet 2009. 19 membres se sont rencontrées et adoptèrent les statuts de l’AMEKA (l’association des médias communautaires d’Haiti).

Par la même occasion les membres ont décidée de réelire Sony Esteuss à titre de représentant national. Il assurera la représentation pendant encore deux années, jusqu’à 2011.

Par ailleurs, les membres de l’AMARC Haiti ont adopté un plan de travail en vue de la sensibilisation sociale pour un projet de loi sur les médias communautaires. Ce plan commence par des actions immédiates au niveau national et local, en même qu’il est à l’étude dans la chambre des députés.Pour prendre contact avec l’AMARC Haiti, contacter son représentant Sony esteuss à : amarc.haiti@yahoo.fr


¡Mise sur pied de l’AMARC Panamá!


Lors des échanges entre chefs de peuples autochtones, professeurs, ouvriers, professionels et autres désirant construire un meilleur pays, c’est le 29 juillet 2009 qu’a été mise sur pied l’AMARC- Panamá.

Les participants ont choisi Silvestre Díaz, leader du Frente Nacional por la Defensa de los Derechos Económicos y Sociales de Panamá (FRENADESO) en tant que représentant national et Adisvelky Martínez à titre de représentante du réseau international des femmes et Antonio Vargas comme point focal pour le dossier des législations.

Neuf organisations de la société civile, entre autres, la Coordinadora Popular de los Derechos Humanos en Panamá (COPODEHUPA), la Comarca Ngabe Bublé, Celio Guerra, le Sindicato Único Nacional de Trabajadores de la Industria de la Construcción y Similares (SUNTRACS), la Comarca Kuna Ayala, ont décidé d’aller de l’avant et mettre sur pied des radios communautaires, sous la base que pour démocratiser la société, il faut démocratiser les communications.

Pour l’instant il est en fonctions FRENADESO NOTICIAS, une radio sur l’Internet qui commence à diffuser sur la bande FM. Pour entendre leur diffusion allez

à www.frenadesonoticias.org


Atelier sur les réseaux africains au Ghana :
Les réseaux africains partagent expériences pour renforcer l’impact social des radios communautaires en Afrique


Le conseil d’administration de l’AMARC Afrique et les représentants des radios communautaires de onze pays de l’Afrique de l’Ouest, de l’Afrique de l’Est et du Sud, se sont réunis au Ghana afin d’améliorer le partage de connaissances, sur les meilleures pratiques pour développer des modèles de pérennisation intégrés pour des réseaux nationaux de radios communautaires et renforcer l’impact social de la radio communautaire dans l’élimination de la pauvreté, la promotion de la démocratie et l’atteinte des objectifs de développement du millénaire.

L’atelier de partage des connaissances des réseaux de radios communautaires de l’Afrique s’est tenu du 16 au 18 décembre à Accra, au Ghana. L’atelier est parti du cadre du plan d’action défini par les membres de l’AMARC Afrique lors de la 4ème conférence panafricaine à Abidjan, (Côte d’Ivoire) en a-vril 2009. L’atelier et a été tenu par le réseau des radios communautaires du Ghana (GCRN) et a compté avec le soutien financier d’OSIWA et d’autres partenaires de l’AMARC.

L’atelier participatif a permis le partage de connaissances sur les enjeux spécifiques des réseaux nationaux, sur la diversité de contextes dans lesquels ils évoluent, sur leurs forces et leurs faiblesses des réseaux, et dans la définition des orientations pour le travail de l’AMARC Afrique, car ils sont des composants clés du réseau africain de radios communautaires. Les recommandations de l’atelier sont venues renforcer le processus de reconstruction de l’AMARC Afrique et enrichir son plan d’action incluant la préparation de la Conférence mondial de radiodiffuseurs communautaires AMARC10 en Argentine du 8 au 13 novembre 2010.

Les participants ont rencontré des alliés des radios communautaires et des autorités du Ghana, ce qui leur a permis de mieux comprendre le travail accompli par le GCRN, à la suite du 10ème anniversaire de Radio Ada, la première radio communautaire du Ghana. Ils ont également exprimé leur solidarité devant les enjeux posés au développement du secteur de la radiodiffusion communautaire au Ghana.

Les participants on produit la déclaration d’Accra, faisant un appel aux gouvernements de l’Afrique à octroyer des licences pour la radiodiffusion communautaire dans leurs pays. Le conseil de l’AMARC Afrique et les délégués réunis dans l’Afrique de l’ouest ont exprimé leur préoccupation devant l’absence de la radio communautaire dans la plus grande démocratie de l’Afrique, le Nigeria. L’AMARC Afrique appelle la présidence et l’État à reconnaitre le droit humain fondamental qui est la liberté d’expression et de remplir la promesse de mettre sur pied des radios communautaires au Nigeria.

Mise sur pied en 1997, l’AMARC Afrique est la section africaine de l’AMARC. Elle regroupe plus de 400 membres directs de radios et fédérations dans tout le continent. Pour plus d’information : http://africa.amarc.org


Déclaration d’Accra de l’AMARC Afrique.


18 décembre 2009

Nous, membres de l’AMARC Afrique réunis à Accra, au Ghana, du 16 au 18 décembre 2009, pour l’atelier de partage de connaissances des réseaux de radios communautaires de l’Afrique;

Réitérant notre soutien à la Déclaration de Doha adoptée lors de la Conférence de l’UNESCO, pour la journée mondiale de la liberté de presse à Doha, Qatar, le 3 mai 2009.

Rappelant, la déclaration Universelle des droits humains, qui établit dans son article 19 que: “Tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit.”

Réaffirmant que la liberté d’expression est un droit fondamental qui est essentiel à la réalisation des autres libertés établies dans les instruments internationaux sur les droits humains.

L’AMARC Afrique s’est réuni à Accra, au Ghana afin d’améliorer le par-tage de connaissances, sur les meilleures pratiques pour développer des modèles de pérennisation intégrés pour des réseaux et des régions. La rencontre a compté sur la participation de onze (11) pays de l’Afrique de l’est, de l’ouest et du sud, qui ont proposé consolider l’impact social de radios communautaires par le renforcement des réseaux nationaux.

Rappelant la déclaration de Windhoek de 1991, sur la promotion d’une presse indépendante et pluraliste;

Rappelant la charte de radiodiffusion Africaine de 2001;

Reconnaissant l’importance d’un environnement juridique approprié et d’une instance de régulation indépendante des fréquences pour la promotion du développement des médias libres, indépendantes et plura-listes en Afrique;

Nous appelons en urgence, les gouvernements de l’Afrique à octroyer des licences pour la radiodiffusion communautaire dans leurs pays;
Nous appelons les gouvernements, les organisations intergouvernementales, internationales et régionales, de la société civile et des agences de développement dans toutes les régions de l’Afrique, non seulement à s’engager dans un dialogue mais également à faire la promotion des médias communautaires pour éliminer la pauvreté, faire la promotion de la démocratie et atteindre les objectifs de développement du millénaire;

Nous reconnaissons que le déve-loppement des politiques et le plai-doyer sont des priorités clés pour la promotion des radios communautaires dans la région;

Nous reconnaissons le rôle important des technologies de l’information et des communications en tant qu’instruments de base dans la mise sur pied et de la gestion des changements et du développement axé sur les communautés.

• Le conseil de l’AMARC Afrique et les délégués réunis dans l’Afrique de l’ouest ont exprimé leur préoccupation devant l’absence de la radio communautaire dans la plus grande démocratie de l’Afrique, le Nigeria. L’AMARC Afrique appelle la présidence et l’État à reconnaître le droit humain fondamental qui est la liberté d’expression et de remplir la promesse de mettre sur pied des radios communautaires au Nigeria.

• L’AMARC Afrique reconnaît l’important rôle accompli par la radio communautaire dans la construction de la paix et la réconciliation dans la région. Nous faisons la promotion des partenariats et de la collaboration entre les gouvernements et les communautés locales pour qu’elles travaillent ensemble à la promotion de la paix.

• L’AMARC Afrique ajoute sa voix à celle des pays en développement qui exigent qu’un nouveau traité sur le climat soit signé et ratifié par les pays développés avec des cibles claires de réduction des gaz à effet de serre et un soutien approprié à l’adaptation aux effets du changement climatique dans les pays en développement. L’AMARC Afrique utilisera la radio communautaire pour plaider en faveur de la réduction des gaz à effet de serre et éduquer les communautés locales sur les effets du changement climatique.

• L’AMARC Afrique a participé dans les 16 journées d’activisme contre la violence de genre, et condamne énergiquement ces pratiques. La radio communautaire a contribué à rompre le silence et elle parle contre cette violence dans les communautés. Nous appelons les législateurs à adop-ter des mesures contraignantes et à législer pour arrêter cette pratique et que ceux qui font respecter la loi poursuivent les responsables.


Promouvoir le développement et la bonne gouvernance à travers la radio communautaire en Afrique


Promouvant le développement et la bonne gouvernance à travers la radio communautaire en Afrique est un projet d’une durée de trois ans financé par l’ACDI qui vise à améliorer la santé dans les communautés locales, incluant le VIH SIDA, Malaria ainsi que d’autres thèmes reliés à la santé; l’eau et l’hygiène et la bonne gouvernance, incluant les droits humains et la résolution de conflits et accroître l’impact social des radios communautaires dans l’empouvoirement des pauvres et exclus.

Le projet a été conçu comme processus d’intégration d’activités qui inclus :
Des séminaires et activités mentorés de partage de connaissances; activités de production radio par des radios participantes et diffusion et échange de contenus amplifiant les voix des pauvres et exclus.

Organisation et évaluation d’activités et activités entrecoupées qui permettent les évaluations appropriées à toutes les étapes du projet. Les 36 Radios Communautaires du Burkina Faso, Sénégal, Ghana, République Démocratique du Congo, Kenya at Afrique du Sud ont produit durant la première année du projet, 72 heures d’émissions radio sur le VIH SIDA et thèmes sur la santé pendant l’année 2009.

Après l’évaluation de cette première année, le projet entamera sa deuxième année sous le thème: Eau et hygiène. e. http://www.amarc.org

 

Ressources

   

Nouvelle section de publications et ressources écrites sur le site de l’AMARC


Veuillez visiter la nouvelle section de publications et des ressources, tels que des articles, des manuels et autres sur la radiodiffusion communautaire dans le site Internet de l’AMARC: http://www.amarc.org / Vous pouvez envoyer nouveaux documents au sécrétariat international: secretariat@si.amarc.org ou bien, grâce à la plateforme wiki, vous pouvez ajouter de nouveaux documents. http://www.amarc.org

Changement climatique

Planting the knowledge seed Adapting to climate change using ICTs Concepts current knowledge and innovative examples
Edited by Patrick P Kalas (Swiss Agency for Development and Cooperation) and Alan Finlay (Open Research)- Document en anglais
Téléchargez le document en PDF = http://www.bcoalliance.org/Climate-Change

Brochure de l'UNESCO "Radio-Télévision & Changement Climatique. Un engagement pour Agir maintenant"- Document en anglais
Télechargez le document en PDF=
http://amarcwiki.amarc.org/upload/documents/Climate_change_FR_web.pdf

UNESCO Brochure "Broadcast Media and Climate. A Commitment to Act Now"- Document en anglais.
Téléchargez le document en PDF =
http://amarcwiki.amarc.org/upload/documents/Climate_change_EN_web.pdf

Frontline reporters: community media and the challenge of climate change - Steve Buckley, President AMARC, International Conference on Broadcast Media and Climate Change, Unesco Headquarters Paris, Sept. 2009.- Document en anglais.
Téléchargez le document en PDF = 
http://amarcwiki.amarc.org/upload/documents/SBuckley-unesco-climate-final.pdf

Cambio climático: no más parches, soluciones ya - América latina en movimiento, 2009, Document en espagnol.
Téléchargez le document en PDF =
http://www.amarc.org/documents/articles/alai446w.pdf


Medias

The State of the News Media 2009 - The Project for Excellence in Journalism, 2009, Document en anglais.
Consulter le document en HTML = http://www.stateofthemedia.org/2009/index.htm

Community Radio Performance Assessment System (CR-PAS) - by Raghu Mainali, Yadab Chapagain and Bikram Subba
CRSC / NEFEJ - Kathmandu, 2009, 87 pages – Document en anglais.
Téléchargez le document en PDF=
http://www.amarc.org/documents/manuals/crpa_book.pdf

Genre

Global Trends in Women’s Access to “Decent Work” - Dialogue Globalization, 2009, Document en anglais.
Téléchargez le document en PDF= http://www.amarc.org/documents/articles/06399.pdf

 

L’équipe du secrétariat international

   

Flor Maria Balbin, Assistante administrative
Dominique Legendre, comptable et assistante financière de projet
Marcelo Solervicens, Secrétaire général
Sylvie Gilbert, Accounting Consultant
Ricardo Costa, Consultant de projets
Nick Fillmore, Consultant en développement de projets
Jean-Philippe Théberge, Consultant en informatique


Cher membre, renouvelez votre Membership:


Veuillez payer en ligne sur le site Internet de l’AMARC. Pour l’information sur comment procéder, veuillez contacter votre bureau régional ou bien le sécrétariat international à secretariat@si.amarc.org

À travers le service aux membres, le réseautage et l’implémentation de projets, l’Association mondiale de radiodiffuseurs communautaires (AMARC) réunit plus de 4,000 radios communautaires, fédérations et alliés de radios communautaires en plus de 115 pays. Le principal impact de l’AMARC depuis sa fondation en 1983 a été d’accompagner et d’appuyer l’établissement d’un secteur mondial de la radio communautaire. L’AMARC fait plaidoyer pour le droit à la communication au niveau international, national, local et de quartier et défend et promeut les intérêts du mouvement des radios communautaires à travers la solidarité, le réseautage et la coopération.

Pour de plus amples informations sur l’AMARC, allez à http://www.amarc.org

AMARC © 2009